Jeunes CFTC bretons

  • La Conférence sociale de Bretagne veut se porter au chevet de la jeunesse

    Le bureau de la Conférence sociale de Bretagne s’engage sur une série de mesures afin de soutenir la jeunesse sur les terrains de l’emploi, et de l’apprentissage, dans le contexte épidémique actuel.

    Le bureau de la Conférence sociale de Bretagne, composé d’organisations représentatives des salariés et employeurs, sans oublier le Conseil régional et l’Etat, se fixe pour objectif de filer un coup de pouce aux jeunes en matière d’apprentissage, et d’insertion professionnelle, face aux « interrogations sur leur avenir » induites par la crise sanitaire actuelle.

    « Il faut attirer les jeunes dans le monde de l’entreprise compte tenu des difficultés qu’ils rencontrent à l’heure actuelle », avance Michel Rollo, président de la CFTC Bretagne.

    Généraliser le tutorat

    Au menu : développer l’accès à l’emploi des jeunes, multiplier les opportunités d’alternance (25 000 personnes actuellement en Bretagne) et de stage. « La Région a mis en place de nouvelles actions, et a fait évoluer ses dispositifs pour accompagner les jeunes : formations supplémentaires, aide à la mobilité, etc. », détaille Loïg Chesnais-Girard, président de la Région Bretagne.

    Pas de budget supplémentaire, mais une dynamique collective conjuguant « les efforts de l’Etat, de la Région, des collectivités et des entreprises. Des aides existent déjà et peuvent être sollicitées auprès de l’Etat, de la Région ou des intercommunalités », poursuit l’élu.

    Projet réalisable ou vœux pieux ? Pour Brigitte Lecornet, présidente de l’organisation patronale Confédération des PME Bretagne, il faut prendre en compte l’état actuel de l’économie. « Le manque de visibilité peut nous empêcher, aujourd’hui, de recruter un salarié ou un apprenti. Quand votre activité peut s’arrêter du jour au lendemain, à cause du Covid, vous êtes paralysés. »

    Le tutorat sera aussi encouragé dans les entreprises. « Il faut amener les employeurs à envisager qu’un salarié, proche de la retraite, puisse lever le pied pour former le jeune qui le remplacera », argue Michel Rollo, de la CFTC. Thierry Gourlay, secrétaire régional de la CGT Bretagne, nuance : « Le tuteur ne peut pas être simplement quelqu’un de bonne volonté. Ça s’apprend, ça nécessite une formation, et des disponibilités. Il faut valoriser ce rôle. »

    Le spectre du diplôme au rabais

    Le confinement, et les cours en distanciel, ont provoqué une nouvelle peur chez les jeunes : celle d’un « diplôme au rabais » aux yeux des recruteurs. « Les employeurs font confiance aux jeunes. Il faut savoir qu’un jeune qui arrive dans la vie active n’est pas opérationnel, il faut parfois une mise à niveau. Ça s’appelle l’expérience », livre Brigitte Lecornet.

    Le bureau de la Conférence sociale de Bretagne s’engage également à valoriser l’image de certains métiers en tension porteurs d’emploi, mais « souvent les plus difficiles, et sans qualification. En Bretagne, dans l’agroalimentaire, les manœuvres, ou l’aide à domicile », soutient Thierry Gourlay de la CGT.

    Enfin, pour aider les jeunes à y voir plus clair dans la jungle d’offres de stage, d’alternance, et de jobs étudiants, la Conférence sociale de Bretagne a acté de faire converger les annonces éparpillées sur les sites d’information vers la plateforme IDEO.

    Lire la suite

  • Ouvrons nos portes à la jeunesse

     

    Le 9 mars 2021  

    « Ouvrons nos portes à la jeunesse »  

    Déclaration commune des membres du bureau de la Conférence sociale de Bretagne, qui réunit  les organisations représentatives des salariés et des employeurs, le Conseil régional et l’Etat,  auxquels s’associent, les chambres consulaires, l’ABEA et le Mouvement associatif de Bretagne  (liste complète en bas de page).  

    Les jeunes sont confrontés, dans le contexte de crise sanitaire, à des difficultés inédites. S’il est  impossible de généraliser tant les situations sont diverses, tous sont peu ou prou confrontés à  des interrogations sur leur avenir et à leur place dans la société. Le cumul de l’isolement  contraint, de difficultés financières, de modifications profondes dans leurs modes de vie et  d’apprentissage et, plus que tout, le sentiment d’une absence de perspective, entraînent des  souffrances psychologiques dont on perçoit la montée.  

    Les réponses à apporter à ces situations sont multiples. Elles appellent à la mobilisation de  chacun, et ne sauraient se résumer à une mesure miracle.  

    Pour autant, la question de l’accueil des jeunes dans des environnements de  travail, quels qu’ils soient, entreprises, associations, ou collectivités, apparaît  comme un enjeu majeur.  

    Nous entendons répondre à plusieurs objectifs :  

    Développer l’accès à l’emploi des jeunes.  

    Ouvrir des terrains d’alternance pour celles et ceux qui sont engagés dans cette voie de  formation. L’augmentation importante en 2020, malgré le contexte, du nombre de  jeunes en apprentissage, aujourd’hui près de 25 000 en Bretagne.  

    Ouvrir des terrains de stages pour ceux qui en ont besoin dans leur cursus de formation,  Créer des lieux d’échange avec le monde du travail, ne serait-ce que quelques jours  (Journée découverte de 3ème par exemple) pour ouvrir des perspectives et donner de  l’espoir.  

    Favoriser l'engagement bénévole et le volontariat (comme le service civique), facteur  de rencontres intergénérationnelles, d'expérience altruiste et d’acquisition de  compétences.  

    Les membres du bureau de la conférence sociale et signataires de cette  déclaration commune partagent cet enjeu essentiel et s’engagent ensemble à  offrir le maximum de propositions aux jeunes en Bretagne. 

    Pour cela, ils entendent sensibiliser l’ensemble des employeurs et les représentants des salariés  au sein des entreprises et des instances de dialogue social à l’importance de cette « ouverture  des portes », recenser les offres existantes, en créer de nouvelles chaque fois que possible. Ils  entendent favoriser l’information sur ces offres en coordonnant les diverses plateformes  existantes. Ils sensibiliseront aussi leurs salarié.e.s à l’engagement individuel que chacun.e  peut prendre au sein de son entreprise ou de sa structure afin d’assurer le meilleur accueil et  le meilleur accompagnement. Le tutorat devra être renforcé et reconnu.  

    A cet effet ils pourront s’appuyer notamment sur les mesures du plan national « un jeune une  solution ». 

    Cette ouverture devra évidemment se concilier avec tous les impératifs de la situation sanitaire  et le respect des règles et protocoles en vigueur. Elle devra aussi tenir compte de la situation  spécifique de chaque lieu de travail et de chaque entreprise, dont certaines sont déjà très  fragilisées par la crise. 

    Bureau de la Conférence sociale de Bretagne :  

    Lydie NICOL, Secrétaire régionale CFDT ,  Thierry GOURLAY, Secrétaire régional CGT , Jean-Marie BERTHO, Président CFE-CGC , Michel ROLLO, Président  CFTC  

    Hervé KERMARREC, Président MEDEF , Mickaël MORVAN, Président U2P  

    Olivier CLANCHIN, Président ABEA, Jean-François GARREC, Président CCI Bretagne , André SERGENT, Président Chambre d’Agriculture, Brigitte LECORNET, Présidente CPME , Thierry COUE, Président FRSEA, Louis NOEL, Président  CMAR Bretagne, Catherine LATOUR, Présidente Mouvement associatif de  Bretagne

    Loïg CHESNAIS-GIRARD  Président de la Région , Emmanuel BERTHIER  Préfet de région 

     

     

    Lire la suite

  • Ouvrons nos portes à la jeunesse

     

    Le 9 mars 2021  

    « Ouvrons nos portes à la jeunesse »  

    Déclaration commune des membres du bureau de la Conférence sociale de Bretagne, qui réunit  les organisations représentatives des salariés et des employeurs, le Conseil régional et l’Etat,  auxquels s’associent, les chambres consulaires, l’ABEA et le Mouvement associatif de Bretagne  (liste complète en bas de page).  

    Les jeunes sont confrontés, dans le contexte de crise sanitaire, à des difficultés inédites. S’il est  impossible de généraliser tant les situations sont diverses, tous sont peu ou prou confrontés à  des interrogations sur leur avenir et à leur place dans la société. Le cumul de l’isolement  contraint, de difficultés financières, de modifications profondes dans leurs modes de vie et  d’apprentissage et, plus que tout, le sentiment d’une absence de perspective, entraînent des  souffrances psychologiques dont on perçoit la montée.  

    Les réponses à apporter à ces situations sont multiples. Elles appellent à la mobilisation de  chacun, et ne sauraient se résumer à une mesure miracle.  

    Pour autant, la question de l’accueil des jeunes dans des environnements de  travail, quels qu’ils soient, entreprises, associations, ou collectivités, apparaît  comme un enjeu majeur.  

    Nous entendons répondre à plusieurs objectifs :  

    Développer l’accès à l’emploi des jeunes.  

    Ouvrir des terrains d’alternance pour celles et ceux qui sont engagés dans cette voie de  formation. L’augmentation importante en 2020, malgré le contexte, du nombre de  jeunes en apprentissage, aujourd’hui près de 25 000 en Bretagne.  

    Ouvrir des terrains de stages pour ceux qui en ont besoin dans leur cursus de formation,  Créer des lieux d’échange avec le monde du travail, ne serait-ce que quelques jours  (Journée découverte de 3ème par exemple) pour ouvrir des perspectives et donner de  l’espoir.  

    Favoriser l'engagement bénévole et le volontariat (comme le service civique), facteur  de rencontres intergénérationnelles, d'expérience altruiste et d’acquisition de  compétences.  

    Les membres du bureau de la conférence sociale et signataires de cette  déclaration commune partagent cet enjeu essentiel et s’engagent ensemble à  offrir le maximum de propositions aux jeunes en Bretagne. 

    Pour cela, ils entendent sensibiliser l’ensemble des employeurs et les représentants des salariés  au sein des entreprises et des instances de dialogue social à l’importance de cette « ouverture  des portes », recenser les offres existantes, en créer de nouvelles chaque fois que possible. Ils  entendent favoriser l’information sur ces offres en coordonnant les diverses plateformes  existantes. Ils sensibiliseront aussi leurs salarié.e.s à l’engagement individuel que chacun.e  peut prendre au sein de son entreprise ou de sa structure afin d’assurer le meilleur accueil et  le meilleur accompagnement. Le tutorat devra être renforcé et reconnu.  

    A cet effet ils pourront s’appuyer notamment sur les mesures du plan national « un jeune une  solution ». 

    Cette ouverture devra évidemment se concilier avec tous les impératifs de la situation sanitaire  et le respect des règles et protocoles en vigueur. Elle devra aussi tenir compte de la situation  spécifique de chaque lieu de travail et de chaque entreprise, dont certaines sont déjà très  fragilisées par la crise. 

    Bureau de la Conférence sociale de Bretagne :  

    Lydie NICOL, Secrétaire régionale CFDT ,  Thierry GOURLAY, Secrétaire régional CGT , Jean-Marie BERTHO, Président CFE-CGC , Michel ROLLO, Président  CFTC  

    Hervé KERMARREC, Président MEDEF , Mickaël MORVAN, Président U2P  

    Olivier CLANCHIN, Président ABEA, Jean-François GARREC, Président CCI Bretagne , André SERGENT, Président Chambre d’Agriculture, Brigitte LECORNET, Présidente CPME , Thierry COUE, Président FRSEA, Louis NOEL, Président  CMAR Bretagne, Catherine LATOUR, Présidente Mouvement associatif de  Bretagne

    Loïg CHESNAIS-GIRARD  Président de la Région , Emmanuel BERTHIER  Préfet de région 

     

     

    Lire la suite

Bienvenue sur le site internet de L'Union Régionale CFTC de Bretagne

Vous y découvrirez la présentation et l'actualité de la CFTC en Bretagne. Vous pourrez obtenir plus d'informations sur nous et nous contacter

Les syndicats CFTC de Bretagne défendent tous les salariés. Ils améliorent les conditions de vie par la négociation et le dialogue social.

Venez nous rencontrer au 158 rue de Nantes 35000 Rennes (arrêt de bus STAR: Foyer rennais ligne 5 et ligne 57) ou dans une de nos Unions Départementales : 22 29 35 et 56