Blog

  • Un camion Une mission :la CFTC

    De report en report, et après plusieurs mois où nous avons dû renoncer aux formations syndicales en présentiel, l’UR CFTC espère que le mois de juin va permettre à ses adhérents de se retrouver pour relancer son programme de stages 2021. Tout est prêt, pour retrouver ces moments indispensables de pouvoir se rencontrer entre militants, sans quoi la vie syndicale perd sa principale raison d’être :la solidarité collective

  • Analyse CFTC des Elections TPE

    Du 22 mars au 6 avril, près de 5 millions de salariés du particulier employeur ou des très petites entreprises (TPE) étaient appelés à voter pour les syndicats qui les représenteront

     

    Le résultat de 5,9% obtenu par la CFTC ne peut nous satisfaire. Mais peut-on seulement l’interpréter ? Le taux de participation particulièrement faible (5,44%, inférieur à celui de 2017), et le nombre de voix exprimées (266 000) rendent la lecture du scrutin bien difficile.

    Il semble évident que tous les moyens n’ont pas été mis en œuvre par les pouvoirs publics pour sensibiliser ces salariés à l’importance d’un scrutin qui vise non seulement à désigner des représentants dans les CPRI, mais est pris en compte pour la constitution des conseils de prud’hommes et la détermination de l’audience des organisations syndicales.

    La crise sanitaire qui a gêné la campagne électorale des organisations syndicales et restreint les interactions sociales est une première explication, évidente, mais pas suffisante. La couverture médiatique du scrutin, par le service public comme par les chaines d’informations privées, a été totalement inexistante. 

    Pourquoi ne pas organiser des débats télévisés entre leader syndicaux à l’instar de ce qu’il se fait pour les élections traditionnelles ? La démocratie passe aussi par les syndicats. Si la CFTC reconnait un recul, aujourd’hui c’est avant tout la démocratie qui perd quand elle ne mobilise qu’un 1 électeur sur 20.

    La CFTC remercie les salariés qui lui ont accordé leur confiance, qui ont reconnu et validé un syndicalisme de proximité, de construction sociale, loin de l’image contestataire portée par nombre de nos concurrents.

    Elle félicite ses militants à travers tout le territoire national, dans tous les secteurs concernés par cette élection, des militants qui se sont faits les ambassadeurs de ce nouveau syndicalisme et qui ont fait campagne dans des conditions particulièrement difficiles.

    Télécharger le communiqué au format .pdf

    Consulter les résultats sur le site du ministère

    Merci à tous nos militants !

    Lire la suite

  • La Conférence sociale de Bretagne veut se porter au chevet de la jeunesse

    Le bureau de la Conférence sociale de Bretagne s’engage sur une série de mesures afin de soutenir la jeunesse sur les terrains de l’emploi, et de l’apprentissage, dans le contexte épidémique actuel.

    Le bureau de la Conférence sociale de Bretagne, composé d’organisations représentatives des salariés et employeurs, sans oublier le Conseil régional et l’Etat, se fixe pour objectif de filer un coup de pouce aux jeunes en matière d’apprentissage, et d’insertion professionnelle, face aux « interrogations sur leur avenir » induites par la crise sanitaire actuelle.

    « Il faut attirer les jeunes dans le monde de l’entreprise compte tenu des difficultés qu’ils rencontrent à l’heure actuelle », avance Michel Rollo, président de la CFTC Bretagne.

    Généraliser le tutorat

    Au menu : développer l’accès à l’emploi des jeunes, multiplier les opportunités d’alternance (25 000 personnes actuellement en Bretagne) et de stage. « La Région a mis en place de nouvelles actions, et a fait évoluer ses dispositifs pour accompagner les jeunes : formations supplémentaires, aide à la mobilité, etc. », détaille Loïg Chesnais-Girard, président de la Région Bretagne.

    Pas de budget supplémentaire, mais une dynamique collective conjuguant « les efforts de l’Etat, de la Région, des collectivités et des entreprises. Des aides existent déjà et peuvent être sollicitées auprès de l’Etat, de la Région ou des intercommunalités », poursuit l’élu.

    Projet réalisable ou vœux pieux ? Pour Brigitte Lecornet, présidente de l’organisation patronale Confédération des PME Bretagne, il faut prendre en compte l’état actuel de l’économie. « Le manque de visibilité peut nous empêcher, aujourd’hui, de recruter un salarié ou un apprenti. Quand votre activité peut s’arrêter du jour au lendemain, à cause du Covid, vous êtes paralysés. »

    Le tutorat sera aussi encouragé dans les entreprises. « Il faut amener les employeurs à envisager qu’un salarié, proche de la retraite, puisse lever le pied pour former le jeune qui le remplacera », argue Michel Rollo, de la CFTC. Thierry Gourlay, secrétaire régional de la CGT Bretagne, nuance : « Le tuteur ne peut pas être simplement quelqu’un de bonne volonté. Ça s’apprend, ça nécessite une formation, et des disponibilités. Il faut valoriser ce rôle. »

    Le spectre du diplôme au rabais

    Le confinement, et les cours en distanciel, ont provoqué une nouvelle peur chez les jeunes : celle d’un « diplôme au rabais » aux yeux des recruteurs. « Les employeurs font confiance aux jeunes. Il faut savoir qu’un jeune qui arrive dans la vie active n’est pas opérationnel, il faut parfois une mise à niveau. Ça s’appelle l’expérience », livre Brigitte Lecornet.

    Le bureau de la Conférence sociale de Bretagne s’engage également à valoriser l’image de certains métiers en tension porteurs d’emploi, mais « souvent les plus difficiles, et sans qualification. En Bretagne, dans l’agroalimentaire, les manœuvres, ou l’aide à domicile », soutient Thierry Gourlay de la CGT.

    Enfin, pour aider les jeunes à y voir plus clair dans la jungle d’offres de stage, d’alternance, et de jobs étudiants, la Conférence sociale de Bretagne a acté de faire converger les annonces éparpillées sur les sites d’information vers la plateforme IDEO.

    Lire la suite

  • Stop à une politique de santé à deux vitesses

    Depuis deux ans l’IMB (Imagerie Médicale de Bretagne) subit une fermeture successive des cabinets de radiologie de proximité.

    Ce 2 avril la quarantaine de personnels, avec la CFTC , se sont mis en grève pour aller au devant de la population, des politiques locaux mais aussi pour défendre leur outil de travail menaçé, alors que leur activité ne cesse de s’accroître.

    Composé de 8 cabinets et de 12 radiologues l’IMB ferme ses portes les unes après les autres.

    Fermeture du Site de Ste Elisabeth à Rennes, fermeture du site de Chantepie hier, et aujourd'hui, la quarantaine de salariés vient d’apprendre subitement la fermeture du site de Dupont des Loges à Rennes et du site de Montfort sur Meu.

    Cette restructuration s'inscrit dans un seul but de rentabilité, alors que les listes des Rendez -Vous sont surbookés avec des délais d’attente de plus en plus longs.

    A l’argument de la paupérisation de la profession de radiologue, la CFTC répond désertification de la ruralité au profit des villes attractives, et primauté de l’argent roi au détriment des usagers. En un mot, l’argent de la SECU, l’argent de tous est utilisé pour le profit de quelques uns.

    Outre le licenciement occasionné de bon nombre de personnels ces fermetures successives, délibérées, provoquent une diminution des champs d'action de la médecine de ville, pénalise les hôpitaux de proximité. Du même coup, c’est toute la population locale qui subit une exclusion médicale et sociale.

    Une pétition a été lancé sur change.org

    Depuis de longues années, la CFTC dénonce une politique de rentabilité qui d’un côté valorise la santé privé marchande tout en mettant à mal le service public et l’égalité des mêmes soins pour tous les Français.

    Michel rollo

     

     

       Michel Rollo

       Président de la CFTC Bretagne

     

     

    Lire la suite

  • Ouvrons nos portes à la jeunesse

     

    Le 9 mars 2021  

    « Ouvrons nos portes à la jeunesse »  

    Déclaration commune des membres du bureau de la Conférence sociale de Bretagne, qui réunit  les organisations représentatives des salariés et des employeurs, le Conseil régional et l’Etat,  auxquels s’associent, les chambres consulaires, l’ABEA et le Mouvement associatif de Bretagne  (liste complète en bas de page).  

    Les jeunes sont confrontés, dans le contexte de crise sanitaire, à des difficultés inédites. S’il est  impossible de généraliser tant les situations sont diverses, tous sont peu ou prou confrontés à  des interrogations sur leur avenir et à leur place dans la société. Le cumul de l’isolement  contraint, de difficultés financières, de modifications profondes dans leurs modes de vie et  d’apprentissage et, plus que tout, le sentiment d’une absence de perspective, entraînent des  souffrances psychologiques dont on perçoit la montée.  

    Les réponses à apporter à ces situations sont multiples. Elles appellent à la mobilisation de  chacun, et ne sauraient se résumer à une mesure miracle.  

    Pour autant, la question de l’accueil des jeunes dans des environnements de  travail, quels qu’ils soient, entreprises, associations, ou collectivités, apparaît  comme un enjeu majeur.  

    Nous entendons répondre à plusieurs objectifs :  

    Développer l’accès à l’emploi des jeunes.  

    Ouvrir des terrains d’alternance pour celles et ceux qui sont engagés dans cette voie de  formation. L’augmentation importante en 2020, malgré le contexte, du nombre de  jeunes en apprentissage, aujourd’hui près de 25 000 en Bretagne.  

    Ouvrir des terrains de stages pour ceux qui en ont besoin dans leur cursus de formation,  Créer des lieux d’échange avec le monde du travail, ne serait-ce que quelques jours  (Journée découverte de 3ème par exemple) pour ouvrir des perspectives et donner de  l’espoir.  

    Favoriser l'engagement bénévole et le volontariat (comme le service civique), facteur  de rencontres intergénérationnelles, d'expérience altruiste et d’acquisition de  compétences.  

    Les membres du bureau de la conférence sociale et signataires de cette  déclaration commune partagent cet enjeu essentiel et s’engagent ensemble à  offrir le maximum de propositions aux jeunes en Bretagne. 

    Pour cela, ils entendent sensibiliser l’ensemble des employeurs et les représentants des salariés  au sein des entreprises et des instances de dialogue social à l’importance de cette « ouverture  des portes », recenser les offres existantes, en créer de nouvelles chaque fois que possible. Ils  entendent favoriser l’information sur ces offres en coordonnant les diverses plateformes  existantes. Ils sensibiliseront aussi leurs salarié.e.s à l’engagement individuel que chacun.e  peut prendre au sein de son entreprise ou de sa structure afin d’assurer le meilleur accueil et  le meilleur accompagnement. Le tutorat devra être renforcé et reconnu.  

    A cet effet ils pourront s’appuyer notamment sur les mesures du plan national « un jeune une  solution ». 

    Cette ouverture devra évidemment se concilier avec tous les impératifs de la situation sanitaire  et le respect des règles et protocoles en vigueur. Elle devra aussi tenir compte de la situation  spécifique de chaque lieu de travail et de chaque entreprise, dont certaines sont déjà très  fragilisées par la crise. 

    Bureau de la Conférence sociale de Bretagne :  

    Lydie NICOL, Secrétaire régionale CFDT ,  Thierry GOURLAY, Secrétaire régional CGT , Jean-Marie BERTHO, Président CFE-CGC , Michel ROLLO, Président  CFTC  

    Hervé KERMARREC, Président MEDEF , Mickaël MORVAN, Président U2P  

    Olivier CLANCHIN, Président ABEA, Jean-François GARREC, Président CCI Bretagne , André SERGENT, Président Chambre d’Agriculture, Brigitte LECORNET, Présidente CPME , Thierry COUE, Président FRSEA, Louis NOEL, Président  CMAR Bretagne, Catherine LATOUR, Présidente Mouvement associatif de  Bretagne

    Loïg CHESNAIS-GIRARD  Président de la Région , Emmanuel BERTHIER  Préfet de région 

     

     

    Lire la suite

  • Les OS demandent un "1er SOMMET SOCIAL BRETON"

    A l'initiative de la CFDT, CFTC, CGT et la CGC, les OS ont demandé la mise en place d'un premier sommet social breton d'ici à la fin de l'été
    Contexte et enjeux
    Nul ne connaît l’issue de la crise que nous vivons. Seule certitude : les difficultés économiques et sociales seront majeures en sortie de crise et le risque démocratique élevé. Nous devrons donc rapidement poser des jalons structurants pour l’avenir de la Bretagne. Cela nous confère la responsabilité collective de tout mettre en œuvre pour répondre à ces défis mis en lumière par la crise sanitaire.
    La conférence sociale régionale doit participer, pour ce qui la concerne, à préfigurer une conception innovante de l’économie de long terme, appuyée sur le dialogue social et des espaces de régulation territoriaux au service d’une meilleure résilience.
    Plusieurs objectifs pour un tel évènement :
    • Un nouveau pacte productif au service d’un rebond écologique et social
    • Mettre en lumière les filières d’avenir et les dynamiques de territoires
    • Définir les formations et les actions utiles pour des emplois de qualité et sécurisés
    • Définir des mécanismes collectifs et de redistribution des politiques publiques
    • Lutter contre les inégalités sociales et territoriales pour limiter le risque démocratique et lutter contre la pauvreté
    les impacts espérés:
    Un évènement marquant réunissant les acteurs économiques et sociaux régionaux pour élaborer les fondements d’un nouveau pacte social, environnemental et démocratique.
    La mise en place d’une gouvernance quadripartite pour une transition réussie
    Une dynamique de transformation coordonnée régionalement, en étroite collaboration avec les acteurs institutionnels et de la société civile sur les territoires

    La conference sociale a reuni des representants des 4385562 540x270p 1

    Lire la suite

  • CFTC BZH: Des Conseillers Juridiques à votre écoute

    Élections TPE
    David Houget et son collègue ont été licenciés, pendant le premier confinement, par une TPE qui bénéficiait pourtant du dispositif de chômage partiel. Preuve que la CFTC agit aussi pour les salariés des TPE et du particulier employeur, ils ont trouvé auprès d’elle une aide précieuse et très humaine.
    Début juillet, David Houget, commercial dans une très petite entreprise (TPE), a trouvé de l’aide auprès de la CFTC d’Ile-et-Vilaine. Celle-ci va l’assister, ainsi que son collègue, dans le conflit qui les oppose à leur ex-employeur. Ce grossiste en pièces détachées d’automobile les a en effet licenciés pendant le confinement, tout en bénéficiant du dispositif de chômage partiel. Il employait jusque-là quatre salariés, deux à Saint-Malo… et deux à Rennes : David Houget et son collègue.
    Du 22 mars au 4 avril 2021, votez aux élections TPE !
    Quel problème rencontrez-vous avec votre ex-employeur ?
    Courant avril, en plein confinement, notre patron a évoqué ses difficultés financières. Puis il nous a demandé de choisir entre une rupture conventionnelle et un licenciement économique. Nous avons préféré la seconde option.
    Nos entretiens préalables à licenciement ont eu lieu le 4 mai en visioconférence. À cette occasion, notre employeur nous a proposé un CSP [contrat de sécurisation professionnelle, NDLR], avec un délai de réflexion de 21 jours. Option que nous avons finalement choisie. L’indemnité de Pôle emploi est en effet égale, dans ce cas, à 75 % de la rémunération brute, au lieu de 57 %.
    Au bout du délai de réflexion, le 25 mai, nos contrats de travail ont été rompus, comme cela devait se faire. À partir de là, nous devions percevoir nos indemnités. Mais notre employeur n’a pas envoyé à temps certains documents à Pôle emploi, qui ne pouvait donc pas nous prendre en charge. Donc, n’étant plus salariés de notre ex-entreprise, nous nous sommes retrouvés sans statut ni ressources… jusqu’au 19 juin. Ensuite, comme notre ex-employeur a, en plus de cela, mal rempli les documents de Pôle emploi, je ne perçois que 1.050 euros par mois au lieu de 1.500 euros.
    Par ailleurs, il n’a pas réglé en totalité mon solde de tout compte, qui comprend mon salaire de mai, mes congés payés et ma prime de licenciement. Il m’a aussi mis en congé pendant une semaine au mois de mai, sans m’en avertir. De ce fait, sur les 3.000 euros qu’il me doit, je n’ai reçu à ce jour que 1.300 euros.
    Que demandez-vous aujourd’hui ?
    Je conteste le licenciement économique devant les prud’hommes. Mon employeur bénéficiait en effet du dispositif de chômage partiel mis en place pendant le confinement [une allocation d’activité partielle cofinancée par l’État et l’Unédic, NDLR]. Il n’avait donc pas le droit de me licencier. En outre, je demande un référé prud’homal pour obtenir en urgence le versement des sommes qui me sont dues. Et j’ai indiqué à mon ex-employeur que je me réservais le droit de l’attaquer au civil pour obtenir réparation de l’abus de confiance que j’estime avoir subi.
    Qu’est-ce qui vous a donné l’idée de vous adresser à la CFTC ?
    Mon ex-patron tardait à fournir les documents qu’on lui demandait, sous toutes sortes de prétextes plus ou moins crédibles. Mon collègue et moi devions donc faire valoir nos droits. Alors nous sommes allés voir plusieurs syndicats. Et c’est à la CFTC que nous avons été le mieux accueillis. Nous avons eu affaire à un juriste, François Macquaire, qui a tout de suite compris l’aspect anormal de notre situation et l’urgence, pour nous, de trouver une solution.

    Cité JUDICIAIRE

    Lire la suite

  • Village CFTC en Bretagne

    Après Brest, fin janvier, c'était Rennes qui accueillait ce samedi le village CFTC sur deux sites du centre ville. L'une sur la grande place du général de GAULLE, lieu de rencontres hebdomadaires de manifestations en tout genre, et autour des commerces. Et le second, proche du grand marché du semedi place des lices.
    Un grand merci à la quinzaine de militants présents qui n'ont pas hésité à braver les températures négatives pour lancer notre campagne TPE. Les flyers "VOYEZ GRAND, VOTEZ CFTC", ont ainsi pu faire leur grande entrée dans les petits commerces de la ville, aux bouches de métro, au bas du marché, et se disperser très sereinement au milieu de la manif du jour sur le harcèlement

    camion village CFTC TPE

    Lire la suite

  • Deux poids deux mesures, le virus ensemence les injustices

    [b]Sentiment d'injustice: deux poids deux mesures. Qui peut expliquer qu'à la porte d'un commerce on doit respecter une distanciation d'1 mètre minimum alors que dans une manifestation on peut être tasser les uns sur les autres? Qui peut accepter que l'on doit porter un masque, seul dans la rue, sous peine d'amende alors que dans des regroupements, certains peuvent ne pas en porter sans risque de verbalisation? Qui peut comprendre lorsqu'on nous dit que la circulation du virus a repris parce que les petits commerces ont réouvert alors que personne n'ouvre la bouche devant l'acceptation du laisser faire de nombreuses manifestations dans les rues de milliers de personnes? Ne serions nous pas tous empreints des mêmes libertés face aux innombrables incohérences qui nous sont infligées à l'approche des fêtes de fin d'année? Liberté d'expression ou liberté de se déplacer n'auraient elles pas la même transparence que l'on soit seul ou que l'on soit en groupe? La liberté de chacun et l'espérance de jours meilleurs pour demain passent par l'acceptation de ses propres responsabilités et du respect que l'on montre chacun envers les autres.

    Lire la suite

  • N'attendez pas pour venir nous voir !!!

    N'attendez pas d'avoir un problème avec votre employeur, votre directeur ou avec un organisme social pour venir nous voir.

    Bouee bleueDans une carrière, il faut savoir être prévoyant et ne rien laisser au hasard.

    Chaque semaine, nous recevons des salariés ou des agents qui se retrouvent sans ressource pour se défendre. Souvent, la situation est très détériorée et les délais très avancés pour pouvoir faire valoir ses droits. Nous répondons toujours présent, mais souvent, la personne s'apperçoit de tout ce qu'elle aurait pu faire en amont, bien avant d'être dans une situation compliquée. Être là en amont, c'est aussi notre travail. Vous répondre sur vos droits, sur vos réglements intérieurs, sur vos conventions collectives. Vous conseiller avant que le pire n'arrive. C'est pour ça qu'un salarié adhérent, un agent militant de la CFTC, auront toujours un avantage sur ceux qui ont préféré ne pas adhérer.

    La CFTC est là pour vous. Appelez-nous ! 

    Tant qu'à risquer de se noyer, autant avoir sa bouée avec soi avant de tomber à l'eau.

  • Meilleur cru à chacune et chacun pour 2020

    En cette année des deux 20 que la production et la récolte que nous en aurons se remplissent de projets ambitieux au sein de nos structures pour un syndicalisme CFTC nouveau, dynamique et ouvert à toute construction sociale. Face aux tentatives répétées de passages en force, en l’absence de véritables négociations avec les partenaires sociaux à tous les niveaux, offrons à tout instant la résistance d’un dialogue indestructible. Nos entreprises, notre société, ne pourront garantir leur avenir qu’en s’appuyant sur l’intelligence collective de leurs salariés et la démocratie participative des citoyens.

    La CFTC Bretagne souhaite à chacun de ses adhérents et à leur famille ses meilleurs vœux pour que chacun trouve dans sa vie quotidienne la meilleure harmonie possible vers la conquête du bonheur que ce soit à la maison, au travail ou dans la vie associative.

    Notez déjà sur votre agenda 2020 une rencontre sur 2 jours forum les 5 et 6 mai avec une journée débat sur les retraites avec la présence annoncée de Pascale COTON et une seconde sur la représentation en entreprise

    Bloavez mad, leun a joa, a blijadur hag a brosperite

    Heureuse et belle année à chacunHeureuseImage

    Lire la suite

  • Village CFTC Rennes 28 septembre 2019

    Logo cftc

    COMMUNIQUE CFTC

    21 septembre 2019

     

    LE VILLAGE CFTC SERA À RENNES
    LE SAMEDI 28 SEPTEMBRE

    Quand on entend « syndicat » et « dans la rue » dans une même phrase, on pense inéluctablement :
    manifs, blocages et barricades, ou encore défilés, banderoles et CRS.

    Pourtant c’est un tout autre type de manifestation que la CFTC organise à Rennes le samedi 28 septembre prochain.


    On connaît le rôle des syndicats dans les grandes négociations nationales. Les salariés sont informés de leurs actions sur les lieux de travail ou encore dans les mobilisations de rue. On connaît moins, en revanche, leur responsabilité en tant qu’acteurs majeurs du paritarisme.


    Au quotidien, grâce au travail de ses milliers d’administrateurs et de mandatés, la CFTC participe à la cogestion de nombreux champs de la vie des Français : retraite, logement, chômage, famille, formations.
    Ce rôle, tout aussi essentiel que méconnu, la CFTC le tient pour tous et vient le présenter aux rennaises et aux rennais dans un Village éphémère qui sera situé Place du Colombier.


    Au programme :
     Accueil du public par des experts bénévoles qui répondront gratuitement sur de nombreuses
    thématiques,
     Une animation photomaton,
     Un bar à jus pour la convivialité et la santé ainsi que de nombreux goodies !
    Avec son village, la CFTC vient rendre compte auprès du grand public de son rôle d’acteur du paritarisme et donne la preuve de la vivacité de son Mouvement. Une vivacité qu’elle espère bien transformer en bons résultats lors des élections CSE en entreprise.

    INFOS PRATIQUES :

    Le samedi 28 septembre
    de 11h00 à 18h00 - Place du Colombier
    CFTC – UD Ille-et-Vilaine – 02 99 65 18 29 - udcftc35@orange.fr
    Contact presse CFTC – Paul mercier – 06 33 26 08 71 – presse@cftc.fr

  • L'UR CFTC ET LE GRAND DEBAT SUR LA SANTE

    Le 18 septembre 2018, le Président de la République annonçait une stratégie de transformation du système de santé s'articulant sur 3 principes :
    • la qualité des prises en charge, en plaçant l'usager au centre du dispositif ;
    • une structure de l'offre en renforçant l'accès aux soins par un maillage territorial de proximité
    • des métiers et des modes d’exercice repensés.

    Or lors de l'ouverture du grand débat les questions de santé n'en faisaient pas partie. Les citoyens s'en sont emparés et c'est avec plaisir que la CFTC participe à celui organisé par la CRSA.

    Pour la CFTC notre système de santé a besoin d'être revu et corrigé. D'abord il est important que la collecte de solidarité qui finance notre Sécurité Sociale au sens large soit bien fléchée et uniquement réinvestie dans le financement du système de santé pour la part qui lui revient.

    Il n’est en effet plus acceptable que la succession, année après année, de budgets contraints assène des déficits hospitaliers se rapprochant annuellement du milliard d’euros. Ce n’est pas en réduisant et en démultipliant les coupes budgétaires que l’hôpital améliorera la qualité des soins, quand ceux-ci de leur côté doivent par ailleurs assumer la désertification médicale, l’évolution des coûts, et l’engorgement des urgences sur beaucoup de nos territoires. Faire de l’ambulatoire à tout va devient une industrie de la chasse aux quotas de lits libérés au détriment des pathologies de patients de plus en plus livrés à eux-mêmes et à des Rendez Vous reportés , susceptibles de mettre leur vie en danger.

    De tous côtés que ce soit les usagers, patients, bénéficiaires, ou les professionnels de santé, directeurs de structure de soins ou d'hébergement de personnes âgées, et même le gouvernement si en on croit les déclarations rappelées plus haut, les charges de travail des professionnels sont dénoncées. Certes pas forcément pour les mêmes raisons, cependant nous devons prendre soin des professionnels pour qu'ils prennent soin des usagers.

    Pour la CFTC une évolution de notre système de santé ne pourra pas se faire sans que les conditions de travail, de rémunération des professionnels, de tout secteur d'activité, soient réellement prises en compte. Comment accompagner chacun lors d'un accident de santé si les professionnels ne peuvent rester écouter, soutenir quand cela fait partie intégrante de la voie de la guérison.

    Ainsi, certains spécialistes parlent de souffrance éthique. Celle-ci est la cause de tourments profonds. Les chercheurs l’appellent « la contrainte à mal travailler ». La souffrance éthique est particulièrement perverse. Elle trouve son origine dans une forme sourde de trahison de soi : la contrariété du salarié provient certes de ce qu’on lui fait subir et de ce qu’on l’empêche de réaliser mais aussi de ce qu’il finit par accepter de faire, et qui entre en contradiction avec ses valeurs - en l’occurrence soigner trop vite, ne plus faire attention aux patients, bâcler.

    S’ajoute à cette inquiétante souffrance individuelle, la disparition du travail d’équipe qui a pourtant fait ses preuves en favorisant l’harmonie, le savoir-faire et la sécurité du patient.

    La dislocation des équipes est en effet l’une des formes répertoriées du management contemporain : il s’agit de suggérer au travailleur, quel que soit son mérite et son niveau de compétences, qu’il est interchangeable. Cette manœuvre vise à le précariser psychologiquement et à le soumettre.

    C'est pourquoi la CFTC demande un financement adapté qui permette un personnel en nombre suffisant auprès des personnes accueillies. Les professionnels font le grand écart tous les jours entre leurs valeurs professionnelles et la manière dont les contraintes institutionnelles les obligent à effectuer leurs tâches. Ceci ne peut continuer. Ceci est destructeur sur du long terme. D'ailleurs nous commençons à en percevoir les effets car il y a une baisse de candidats à postuler pour rentrer dans les instituts de formation que ce soit aide-soignant ou infirmier.

    La CFTC demande avec insistance depuis des années que le système de financement des établissements soit revu et corrigé. Le 100% T2A est une aberration qui n’avait qu’un seul but la maîtrise comptable, retardant des hospitalisations et mettant la vie de certains de nos concitoyens en danger. Avec le nouveau système de facturation individuel de la prestation de soins assumée par les établissements auprès de la CPAM, la CFTC ose espérer une réelle prise en compte de la dépense de l'établissement par séjour et donc une meilleure reconnaissance du travail accompli, rémunéré à la hauteur de l'engagement des professionnels.

    Enfin la CFTC est inquiète de ne rien voir venir pour la mise en place d’une véritable politique liée à la dépendance des Personnes Agées. Si le maintien à domicile est une réponse de transition, elle ne peut se suffire au vieillissement et à la grande dépendance, sans oublier le manque d’attractivité pour les personnels du maintien à domicile, dont les contrats de travail restent de grande précarité.

    Si la loi d’Adaptation de la Société au Vieillissement de décembre 2015 a décliné un premier pan de réforme, il manque l’apport complémentaire et indispensable sur les hébergements en structure. Si le Plan Solidarité Grand Age de Philippe BAS (2007 – 2012) avait énoncé un programme ambitieux pour améliorer les ratios des personnels auprès de nos aînés en structure, il n’aura été qu’une goutte d’eau qui se sera vite asséchée pour ne pas avoir mis en correspondance les moyens financiers nécessaires. On ne pourra pas toujours faire l’économie d’une profonde réforme, si nous voulons laisser nos aînés toujours de plus en plus nombreux, et parfois délaissés par des familles éclatées, s’en aller dans le respect et la dignité humaine qui leur sont dues. L’UR CFTC Bretagne refuse que les salariés actifs sacrifient une seconde journée de travail au noir, contraire à toute éthique morale, à savoir que tout travail mérite salaire, pour financer la grande dépendance. La problématique du 5ème risque, longtemps écartée doit être affirmée afin de mettre en place les financements qui permettront de préserver un régime par répartition en lieu et place d’un régime assurantiel qui ne manquerait pas, de laisser une grande part de notre population sur le bas-côté de la route.

    En conclusion, la santé reste la plus belle richesse attachée à chacun d'entre nous. Son devenir ne peut être le fait ou n’appartenir qu’aux décisions d’une minorité soi-disant bien-pensante. Le système, depuis qu’il a été pris en charge par l’état et les parlementaires n’a fait que subir des restrictions sans fin, en tous sens, frappant le plus souvent, de plein fouet les personnes les plus fragiles et les plus précaires, qui, au fil des années ont de moins en moins accès aux soins et doivent faire face à des dépassements d’honoraire ou des restes à charge pour le moins inacceptables. On nous parle depuis 20 ans, de plus de qualité par une meilleure coordination et une meilleure organisation par la rationalisation, avec des moyens et des choix arrêtés, rejetant toute approche humaniste des soins et conduisant à la désertification médicale. La transformation du monde du travail et la destruction des emplois n’ont pas entraîné, en leur temps, les mesures correctionnelles indispensables qui auraient permis de préserver son équilibre. Retrouver ces équilibres par l’unique lorgnette de la maîtrise des dépenses n’est qu’une demi-réponse lorsque celles-ci augmentent et que les ressources diminuent. Le moment est donc venu, de quitter le mode de rapiéçage à répétition, pour une véritable réforme de fond en mettant au tour de la table une véritable démocratie participative ascendante, et une gouvernance nationale neutre, sans emprise, à l’écoute des français.
    Le temps est donc là pour réfléchir au renouveau de notre système de protection sociale en l’adaptant aux nouvelles trajectoires professionnelles. Celles-ci sont de plus en plus marquées par des transitions d’un emploi à un autre. Plutôt que la remise en cause du « modèle de 1945 », la CFTC croit en une troisième voie qui garantirait la continuité et la sécurité des droits des personnes, salariés ou indépendants à toutes les étapes de leur vie par la création d’un Régime Social Universel d’Activité. La CFTC est prête à relever le défi qui ne serait plus seulement un droit du travailleur mais un droit de l’humain. Nous passerons alors d’une logique de réparation à une logique d’investissement visant à l’autonomie de chacun dans la gestion du risque et de son parcours.

    Lire la suite

  • Déclaration CFTC au CESER le 25 mars au sujet du PRSE (Programme Régional Santé Environnement)

    Monsieur Le Président de la République entend par la signature de ce contrat faire de la Bretagne « un laboratoire de l'action publique » , « une région pilote du nouveau rôle de l’État. » C'est donc en toute confiance que fut rédiger ce contrat, néanmoins la CFTC n'a pu que constater la non consultation des instances. En effet, ce document aurait dû être débattu au CESER avant d'être présenté au Conseil Régional où il aurait pu et dû être amandé. Force est de constater que le dialogue territorial avec les acteurs concernés n'a pu avoir lieu. Elle ne peut que saluer le vœu du CESER du 4 février 2019.
    La Bretagne est une terre d'innovation, elle s'approprie les évolutions législatives en proposant des fonctionnements mieux adaptés. C'est pourquoi la CFTC demande au Conseil Régional de fédérer les synergies de toutes des collectivités pour construire ensemble les modalités d'une action publique cohérente, comprise par tous sur les territoires afin de répondre aux enjeux d'un développement régional durable.
    Or ce contrat, peu lisible, semble avoir ignoré les orientations prises par la région que ce soit pour le STRADDET ou la Breiz Cop. Ce sont des documents d'orientation fondamentale pour la Bretagne. Comment faire de la Bretagne un laboratoire de l'action publique si l'on ne part pas de ses orientations ?
    Pour la CFTC, ceci met en évidence les difficultés de dialogue entre l'Etat et la Région. La déconcentration ou la différentiation ne seront possibles qu'a travers un dialogue franc et sincère.
    Dans le contexte actuel, pour la CFTC, il faut que ce dialogue ait lieu et qu'il soit visible pour nos concitoyens.
    La CFTC dénonce aussi le manque de données chiffrées de ce contrat, car comment mettre en œuvre et évaluer ces orientations sans savoir comment s’investit chacun des signataires ? Si tout doit se faire au mieux à budget constant, au pire en tenant compte des baisses des dotations, comment tout ceci se concrétisera-t-il ?
    Pour la CFTC la Bretagne doit pouvoir garder une marge de manoeuvre afin de ne pas démentir le Président de la République quand il lui propose d’être un “laboratoire de l’action publique” ou un “pilote” quant au rôle de l’Etat en region.

    Lire la suite

  • A contre-courant du grand débat

    Img 8272Depuis la rentrée dernière, des partenaires sociaux dont la CFTC sont « EN MARCHE » commune pour combattre les ouvertures sauvages le dimanche des commerces en périphérie des communes de la banlieue Rennaise. S’appuyant sur la loi MACRON, les grandes enseignes n’hésitent désormais plus à bafouer les accords signés qui, jusque- là, permettaient de respecter un nombre de journées d’ouvertures déterminées les dimanches et jours fériés.
    Les rencontres récentes, avec des élus de proximité, maires, députés et sénateurs Brétiliens, ont permis de préparer et présenter un amendement dans le projet de la loi Pacte. Ensemble, avec l’appui de la CFTC, les élus locaux ont fait valoir que ce type d’ouverture ne devait pas répondre d’une déclinaison « JUPITERIENNE » mais devait relever de leur propre responsabilité, en parfaite connaissance des besoins des petits commerces de proximité, garante du maillage indispensable, et du lien social dans les campagnes pour éviter la désertification de nos communes.
    Outre cette approche, où, pour la CFTC, le travail du dimanche doit rester une exception pour permettre aux familles de se retrouver, et aux associations de fonctionner, cet amendement était une bouffée d’oxygène, contre la pensée unique, pour redonner du sens à une société décadente.
    Hélas que croyez-vous qu’il arriva ? Peine perdue ces soi-disant grands débats, sensés devoir écouter les revendications, redonner du pouvoir aux élus, ou encore revitaliser la désertification rurale, voire faciliter les transports en commun, finalement ne sont que stratégie d’endormissement. Si encore cet amendement avait eu un coût pour les contribuables, non, ce refus n’est ni plus ni moins qu’une contribution pour des capitaux privés, bien souvent très éloignés des Bretons.
    L’occasion était trop belle pour donner une réponse positive aux gilets jaunes, et une fois encore, elle n’est que le résultat d’un manque d’expertise où les jeunes parlementaires majoritaires, pour des raisons bassement politiques oublient ceux qui les ont élus.

    Lire la suite

  • LE BOUC EMISSAIRE

     

    Mardi dernier, le 19 février, de nombreuses manifestations contre l'antisémitisme avaient lieu partout en Bretagne. J'étais à celle de Vannes. D'autres militants CFTC étaient aux rassemblements de leurs secteurs, Rennes, Quimper, Saint-Brieux, Lorient, etc...

    Sur le renouveau antisémite, il y a deux choses à dire, un constat et un positionnement.

    Le constat est que, malgré tout ce qui est arrivé dans le passé, malgré les crimes de ces dernières années, nous n'avons pas su résorber l'émergence d'un nouvel antisémitisme, tout attentif que nous étions à veiller à ce que l'ancien ne revienne pas. L'éducation, l'enseignement, la morale ont failli. Et il faut maintenant y remédier. Les idéologies progressistes à tout prix ont failli. Certains ne se réveillent que quand les "loups sont entrés" comme dirait Reggiani. D'autres idéologies surfent sur ce qu'il y a de pire en l'homme. Elles doivent, comme les autres, se remettrent en question sous peine de porter la responsabilité de la diffusion de la haine.

    Le positionnement est celui de la CFTC. Il tient dans trois des quatre fondamentaux qui sont notre constitution. La dignité de la personne humaine, le bien commun et la solidarité. Ces principes majeurs font que non seulement nous ne devons pas céder aux sirènes des racismes, mais encore que nous devons être à la pointe de la lutte contre ces haines intimes ou proclamées. Nous défendons les plus faibles au quotidien dans le cadre de nos mandats. Les militants sur le terrain le restent lorsqu'ils sortent de leur section. Nous défendons une société juste. C'est pourquoi nous comprenons les aspirations légitimes de la population. Et parce que nous sommes partie de cette population, nous ne tolérons aucun racisme, et l'antisémitisme parce qu'il est la cause des assassinats de ces dernières années, encore moins. Nous défendons la solidarité entre les personnes et c'est à ce titre que nous étions présents dans les rassemblements.

    Nous ne tolérons pas l'antisémitisme. Nous ne tolèrerons pas la stigmatisation d'un bouc émissaire. Nous voyons avec tristesse certains participants à ce mouvement légitime se vautrer dans la haine.

    Les français de confession juive sauront que la CFTC marche à leurs côtés.

     

  • Lettre aux sénateurs

    Suite à l'amendement au PLFSS (Projet de loi de financement de la Sécurité sociale 2019) voté de nuit dans la plus grande discrétion, et contre lequel nous nous battons, la CFTC BRETAGNE a envoyé ce courrier aux sénateurs qui doivent le voter en seconde lecture.

    La CFTC se bat pour vous.

     

     

    Lettre senat

  • LE RENOUVEAU DU SYNDICALISME PASSE PAR L'ENTREPRISE

    En tant que militant syndical, la mise sur orbite des gilets jaunes doit nous poser la question du renouveau d’un syndicalisme, non plus vertical descendant de haut en bas, mais davantage  adapté à la vie de proximité,  davantage dans un fonctionnement lié à la pluralité de débats ouverts dans le dialogue social à l’intérieur de l’entreprise.

     On l’a vu, au travers de réformes, le gouvernement s’est totalement détaché de la négociation avec les Organisations Syndicales sur la Loi Travail, puis sur la Formation Professionnelle, et demain sur la Convention ASSEDIC , la loi Dépendance, ou encore les retraites. Il a tout simplement banalisé le rôle du syndicalisme aux yeux des citoyens.  Bien maintenant qu’il assume son rôle de vouloir d’être le décideur de tout.

    Par contre, notre rôle de militant syndical de proximité, face à la cascade des méfaits de toutes les taxes qui s’abattent sur tous les citoyens, précaires et moyens salaires, c’est dans l’entreprise face à nos employeurs, qu’il faut sortir nos gilets bleus. La loi El KHOMRI, et la loi Travail, nous a donné plus de latitude pour négocier les accords d’entreprise. Ces 2 lois, en inversant la hiérarchie des normes, c’est désormais à chacun de nous de le reconquérir dans les avantages donnés aux entreprises à travers  la négociation interne sur les salaires et la participation aux résultats. Au travers des branches, les salaires ont été gelés depuis la crise 2008 – 2012, et pourtant on a donné des tas d’avantages aux entreprises (CICE, diminution des charges). Pour quel résultat sur le pouvoir d’achat ?

    C’est donc  chacun de nous DS et élus de relever le challenge des salaires, et du pouvoir d’achat dans la construction d’un dialogue social avec son employeur, pour parer à l’arrogance d’un pouvoir dirigiste, qui n’a besoin de personne pour prendre des décisions. Sûr qu’il va falloir retrousser les manches, mais n’attendons rien d’en haut, construisons l’avenir du syndicalisme dans chacune  de nos entreprises, et la Bretagne a suffisamment de dynamisme pour trouver des réponses à ses attentes.

Bienvenue sur le site internet de L'Union Régionale CFTC de Bretagne

Vous y découvrirez la présentation et l'actualité de la CFTC en Bretagne. Vous pourrez obtenir plus d'informations sur nous et nous contacter

Les syndicats CFTC de Bretagne défendent tous les salariés. Ils améliorent les conditions de vie par la négociation et le dialogue social.

Venez nous rencontrer au 158 rue de Nantes 35000 Rennes (arrêt de bus STAR: Foyer rennais ligne 5 et ligne 57) ou dans une de nos Unions Départementales : 22 29 35 et 56