Amendement Oeuvres Sociales et Culturelles des CE

  • Courrier aux Sénateur Bretons

     

                                                       Rennes le 8 novembre 2018

    Suite à l'amendement sur le PLFSS 2019, voté en catamini par quelques députés, visant à supprimer l'exonération des avantages offerts par les CE à leurs salariés, l'UR CFTC Bretagne à fait savoir son mécontentement aux Sénateurs Bretons avant son passage au Sénat à partir du 12 novembres

    S'agissant d'aide au pouvoir d'achat des familles au travers l'action sociale des CE, appartenant à des choix politiques des représentants du personnel,  il y a vraiment lieu de se poser la question de la place du dlalogue social entre les politiques et les partenaires sociaux?  A quand les partenaires sociaux, pourront ils de leur côté, restreindre les énormes avantages personnels que les élus s'accordent au cours de leur mandat....?

    LA LETTRE AUX SENATEURS BRETONS

    Le mépris envers les salariés des entreprises, et notamment les familles ayant plusieurs enfants, vient à nouveau de frapper dans l’enceinte de l’Assemblée nationale. Au moment où, le gouvernement et les députés de la majorité se targuent devant les caméras d’avoir amélioré soi- disant la fiche de paie, et le pouvoir d’achat des salariés, les élus n’ont pas trouvé mieux, en pleine nuit et en nombre réduit, de faire voter un amendement au PLFSS 2019 réduisant les avantages offerts par les comités d’entreprises au travers des activités sociales et culturelles. Au-delà d’un plafond de 300 euros, ces avantages deviendraient imposables au salarié, et du même coup engendreraient une diminution importante du droit aux vacances, aux loisirs, à la culture ou au sport pour bon nombre de familles.

    Se faire le chantre du dialogue social de proximité, pour profiter dans les couloirs de l’assemblée, de frapper dans le dos des partenaires sociaux sur un tel sujet que les ASC est un véritable déni de démocratie sociale. Cette tendance à passer au- dessus des corps intermédiaires, sans consultation, est en train malheureusement de venir monnaie courante à Paris sur beaucoup de sujets. Nous vous alertons, conscients qu’en Bretagne, le dialogue a préservé toute sa place dans les décisions, afin que vous puissiez être porteur de notre mécontentement auprès des élus nationaux

    Aussi, Mme, Mr le Sénateur, au nom de la CFTC BRETAGNE, au nom des nombreux salariés proche du seuil de précarité, au nom de l’équité, nous vous interpelons pour un sursaut républicain, pour de la même manière, que nous menons le combat avec des élus locaux contre l’ouverture à tout va des grandes surfaces le dimanche, vous soyez, à nos côtés les semaines à venir, lorsque cet amendement indigne sera soumis à votre sagacité lors du passage devant le sénat.

    Pour vous aider à mieux entendre notre colère, nous vous joignons notre argumentaire CFTC

    Dans l’espoir de votre soutien, je vous prie de croire à l’expression de ma considération

             Le Président                          le Secrétaire Général