Articles de jbbaillet_cftc

    • etudiant developpeur

Centres d'intérêts : CFTC

Citation préférée :

'Ne demandez pas ce que votre pays peut faire pour vous. Demandez ce que vous pouvez faire pour votre pays

  • Le programme du RN n’est pas compatible avec l'histoire, les valeurs et le projet de la CFTC

    La CFTC était réunie ce jour en Comité national, une instance composée des dirigeants de ses unions géographiques et professionnelles. Invités à débattre
    des suites du premier tour des élections présidentielles, les dirigeants de la CFTC ont considéré que le programme du RN n'est pas compatible avec l'histoire, les
    valeurs et le projet de la CFTC.


    Parmi les arguments ayant conduit à cet avis :
    Un argument de circonstance tout d’abord. Les crises combinées du Covid et de l'Ukraine ont mis à nu les dépendances de la France et de l'Europe pour un certain
    nombre de produits essentiels (énergies, produits alimentaires, médicaments, semi-conducteurs...).
    Ces crises dont les issues demeurent aujourd'hui incertaines appellent des réponses fortes que seule une France forte assumant pleinement son rôle dans une Europe forte
    peut porter. à l'inverse, la stratégie nationale et européenne de reconquête industrielle que la CFTC appelle de ses vœux pour créer des emplois de qualité n'aura aucun
    avenir dans une France repliée sur elle-même.
    Un argument de valeur ensuite. La CFTC reconnait la dignité de chaque personne, c’est-à-dire la dimension sacrée de l’être humain. La valeur d’une personne, active ou
    non active, ne dépend ni de sa condition, ni de sa nationalité, ni de son âge, ni de sa religion, ni de son sexe : elle est absolue. C’est pourquoi la CFTC défend que tout
    travail, quel que soit le profil du travailleur, doit immédiatement générer des droits sociaux !


    Les dirigeants de la CFTC ont ainsi considéré le concept de priorité nationale décliné dans le projet du RN comme contraire à cette valeur cardinale de dignité de la personne.

    Enfin, rappelant que la démocratie demeure un bien commun aussi précieux que fragile, les dirigeants de la CFTC appellent l'ensemble de leurs concitoyens à exercer, le 24
    avril prochain, ce droit fondamental qu'est le droit de vote

     

    source: https://www.cftc.fr/espace-presse/communiques-de-presse/le-programme-du-rn-nest-pas-compatible-avec-lhistoire-les-valeurs-et-le-projet-de-la-cftc

  • HONTEUX !


    La section CFTC de l’UGECAM BRPL, dénonce fortement les tracts déposés sur les parebrises des salariés du CHU de Rennes et de  Vannes, menaçant les soignants pour leur participation à  

    l’obligation vaccinale des patients, ainsi que l’atmosphère délétère  depuis les polémiques nées du livre « Les fossoyeurs ». 

    Depuis le début de la crise sanitaire les soignants, comme la majorité  des Français, ont été exemplaires face à cette situation  

    exceptionnelle. 

    En réponse aux attaques incessantes de ces dernières semaines, Les  soignants, à défaut de la population, doivent obligatoirement être  vaccinés pour pouvoir exercer leur activité professionnelle. Nous  avons dû et nous devons faire face à des manques de moyens  matériels et humains. Nous avons été sur le pont depuis le début de  la crise sanitaire. 

    Dans nos EHPAD les soignants doivent-ils assumer le fait que nos  Tutelles et nos Directions mettent 1 soignant pour 160 résidents ? Si  nos ainés ont de la purée dans leurs assiettes ce n’est pas pour nous  rappeler le fameux Gloubiboulga, mais pour éviter qu’ils ne 

    s’étouffent en faisant des fausses routes ! 

    Nous rappelons que les EHPAD se sont souvent retrouvés seuls à  devoir gérer leurs clusters COVID car les CHU ne prenaient pas les  résidents trop âgés. La population ne se rend pas compte à quel point 

    il a été difficile pour les personnels soignants de voir les résidents  décéder sans leurs familles et horrible de ne pouvoir les  accompagner dans de bonnes conditions. Nous sommes humains et  nous sommes attachés au bien-être de nos ainés. 

    Contrairement à ce que pensent certains, nous ne sommes pas payés à devoir gérer l’agressivité des visiteurs lorsqu’on leur rappelle que le  masque se porte sur le nez et non sur le menton et qu’il faut respecter les gestes barrières, pour protéger nos patients ou  résidents. 

    Les soignants ont des obligations et des droits tout comme les  Usagers. 

    Depuis des années les organisations syndicales et les salariés alertent sur les conditions dans lesquelles nous travaillons et accueillons nos  ainés, rien de concret n’a été fait pour que cela change. A quand les ratios adaptés et cohérents ? A quand des architectures conformes aux besoins ? A quand la considération de l’Humain plus que celui  des GIR et des GMP ?  

    Nous rappelons que malgré les politiques contradictoires, les  protocoles divers et variés nous soignons sans discrimination. Nous  rappelons également qu’il y a une élection présidentielle prochainement et qu’à cette occasion les mécontents pourront s’exprimer. Qu’à cette occasion certains pourront faire valoir leurs  jugements sur cette crise sanitaire. 

    Le système de santé va mal, le personnel est fatigué, usé, désabusé.  Nous n’avons pas à subir, en plus, la bêtise de certains. Nous demandons le soutien de la population. 

    L’ensemble de la section CFTC UGECAM BRPL se montre solidaire des soignants face à cette atmosphère délétère et dégradante de nos  métiers et de nos personnels.

     


    Benoit Chapalain

  • Kermené. Les salariés aussi veulent une meilleure rémunération

    ​Une entente intersyndicale (FO, CGT, CFDT, CFTC) demande une meilleure revalorisation des salaires aux abattoires Kermené.

    Abattoir Kermené. Atelier découpe du porc.

    Abattoir Kermené. Atelier découpe du porc. | YVES-MARIE QUEMENER / OUEST-FRANCE

     

    Les négocation annuelles obligatoires sont en cours aux abattoirs Kermené, basé au Mené. Une entente intersyndicale (FO, CGT, CFDT, CFTC) demande une meilleure revalorisation des salaires. « Avec une inflation de 2.9 % […] Les propositions actuelles de la direction soit 2.5 % ne permettent pas de faire face à cette inflation galopante qui va perdurer tout au long de l’année. Aujourd’hui, nous constatons que les fins de mois sont de plus en plus difficiles et cette situation n’est plus tenable », dénoncent-ils dans un communiqué.

    L’intersyndicale envisage des actions dans les semaines à venir si la direction n’entend pas nos revendications. Kermené a annoncé une aide de 5 € par porc pour les éleveurs.

    L’intersyndicale Kermené demande une augmentation générale de 4 % et un intéressement à la hauteur de ce que les éleveurs de porc ont reçu, à savoir 1.6 millions d’euros en plus.

     

    source: https://www.ouest-france.fr/bretagne/loudeac-22600/kermene-les-salaries-aussi-veulent-une-meilleure-remuneration-e85dc31e-8f4b-11ec-91ef-c5100846ffb2?fbclid=IwAR3lrnQObB68BS_HQzPAcT_mH46slZ2tZMCnqqSO1Lu--umtvd8A8ZIk9Kc

  • Loi BEST : Des Bénéfices Extra-Salariaux pour Toutes & Tous !

    Chers militants, chers amis,

     

    En France, 4 millions de salariés sont privés d’avantages extra-salariaux, souvent appelés « avantages CE ». Ces avantages extra-salariaux peuvent représenter jusqu'à un mois de salaire. Derrière chacun de ces salariés, il y a une famille qui ne bénéficie pas de ces avantages. 

    La cause ? La taille des entreprises qui les emploient (- de 50 salariés) et pour lesquelles aucune obligation n'est faite. Ces salariés assument pourtant le même niveau de cotisations que les autres salariés issus d'entreprises de plus grande taille. 

    La CFTC dit non à cette injustice et se dit favorable à l’amendement de la loi BEST, qui vise à rendre obligatoire, pour les très petites entreprises (TPE / - de 50 salariés), une adhésion à un prestataire (3€/mois et par salarié) pour accéder à des services et avantages extra-salariaux.

    Signez la pétition

  • Voeux 2022

    Pour 2022, l’Union régionale CFTC vous souhaite le meilleur :

     Avant tout

    - de l’humour et de la gaité pour chasser la morosité ambiante,

    Puis tout au long de ces douze mois,

    -        de l’audace pour affronter les obstacles  AGIR et OSER

    -        de la confiance pour affirmer notre richesse humaine

    -        du réconfort pour ne pas se sentir seul dans les moments difficiles

    -        de l’engagement pour le plaisir de pouvoir aider les autres

    -        de l’espérance pour éclairer le chemin de l’avenir

    -        de la vaillance pour ne jamais renoncer à vos valeurs

    -        de la persévérance pour mener à bien la réussite de vos projets

    Mais surtout,

    Que cette nouvelle année 2022, nous oblige à écrire une nouvelle histoire tous unis et à aller plus loin dans la construction du dialogue social au sein des missions de chacun dans le syndicat ou dans les sections syndicales CFTC. Plus que jamais dans nos établissements, nous avons à faire valoir un esprit de solidarité universelle pour le respect de chaque être humain quel qu'il soit

     

    Qu'elle vous laisse aussi à chacune et chacun dans vos équipes,

     

    -        du bonheur pour goûter aux plaisirs et aux joies de votre famille, en savourant chaque instant,

    -        de la fraternité en protégeant votre santé et celle de vos entourages

     

    Heureuse Année à toutes et tous

     

    Michel Rollo

    Président UR CFTC Bretagne

     

    Michel rollo

  • Passe Sanitaire en entreprise : la CFTC rejette cette piste

    Les instances de la CFTC réunies ce jour ont rejeté l’idée d’un passe sanitaire élargi à l’entreprise.


    La CFTC considère que le monde du travail est, aujourd’hui, le lieu où les règles sanitaires sontles plus respectées. Les protocoles sanitaires en entreprises, la création du référent Covid en charge notamment du respect des gestes barrières, le développement des visioconférences, les possibilités de recours au télétravail accrues par l’ANI dont la partie consacrée aux « situations exceptionnelles » permet de définir les solutions les plus adaptées à chaque entreprise sont autant de mesures qui en attestent : le monde du travail « fait le job » !

    Bien sûr, la CFTC est consciente et inquiète du risque collectif qui pèse sur la société mais d’autres pistes sont à explorer pour minimiser la contamination des français.
    Le nombre d’usagers ayant retrouvé, certains jours, son niveau d’avant crise, il conviendrait par exemple de se pencher sur les transports en commun, particulièrement propices à la propagation du virus.
    Plutôt que de privilégier un passe sanitaire en entreprise, l’Etat pourrait également se pencher sur la possibilité de réinstaurer des jauges pour certains lieux accueillant massivement du public.


    La CFTC rappelle en outre qu’un passe sanitaire en entreprise poserait d’évidentes questions tant opérationnelles que morales. Elle rejette donc cette mesure en ce qu’elle revient à faire peser sur le monde du travail une responsabilité qui n’est pas la sienne.

     

    source: https://www.france24.com/fr/france/20211220-france-les-partenaires-sociaux-r%C3%A9ticents-au-passe-sanitaire-en-entreprise

  • CRSA du 16 Novembre 2021

    Crsa rozenpark

    Le 16 Novembre 2021 avait lieu les élections des membres aux commissions de la CRSA dans le cadre prestigieux du Roazhon Park à Rennes.

     

    La CFTC y était représentée par :

    Benoît CHAPALAIN (titulaire) ASH au Pôle Gériatrique Rennais,

    Pascale FRAYGEFOND (suppléante) laborantine au CHU de Pontchaillou à Rennes,

    Roselyne VAN ACKER (suppléante) IDE au CLH de Combourg.

     

    Mandates crsa

     

     

    La journée de réunion a débuté par un mot d’introduction de Mr MULLIEZ directeur de l’ARS Bretagne. Celui-ci a remercié l’ensemble des acteurs du système de soins qui pendant cette crise sanitaire ont fait preuve de beaucoup de courage et de résilience.

    Pour cette nouvelle mandature, il insuffle des axes prioritaires de travail comme la formation, la réflexion sur les déserts médicaux sur le territoire breton et la bienveillance envers les soignants.

    Mr OLIVIER a été élu nouveau président de la CRSA de Bretagne.

    Les 3 représentants CFTC se sont positionnés à toutes les commissions afin de participer activement aux débats sur notre système de soin en Bretagne.

    Pour la plupart des commissions, seul un représentant des 5 organisations syndicales représentatives des salariés pouvait être élu.

    Nous sommes fiers de l'avoir été à la commission des représentants des usagers et promettons de nous y investir.

    La prochaine séance de cette instance se tiendra le 6 décembre.

     

     

     

    Qu’est-ce que la CRSA ?

    Crsa


     


     

    La Conférence Régionale de la Santé et de l’Autonomie est un organisme consultatif créé par la loi HPST du 21 juillet 2009. Elle est composée de 109 membres titulaires élus pour 5 ans.

    En Bretagne, la CRSA a été mise en place le 7 juillet 2010.
    Elle a été renouvelée durant l'été 2014, les mandats des membres étant arrivés à termes. Elle sera à nouveau renouvelée le 16 novembre 2021.

    Sa composition

    La CRSA est un organisme consultatif d'une centaine de membres qui disposent d'une voix délibérative. Elle est composée de 8 collèges :

    • collectivités territoriales,

    • usagers de services de santé et médico-sociaux,

    • conférences de territoire,

    • partenaires sociaux,

    • acteurs de la cohésion et de la protection sociale,

    • acteurs de la prévention et de l'éducation pour la santé,

    • offreurs de services de santé,

    • personnalités qualifiées.

    Participent également, avec voix consultative : le Préfet de région, le Président du Conseil Économique et Social Régional (CESER), des personnes issues des services déconcentrés de l'Etat, le directeur général de l'ARS ainsi que des représentants de l'Assurance Maladie (Régime Général, MSA).

    Ses missions

    La CRSA a pour mission d'émettre un avis sur le Projet Régional de Santé (PRS). Elle rend également des avis réglementaires (par exemple sur le zonage médecins, le Plan régional santé environnement, ...) et voit, depuis 2021, ses missions s'élargir dans le cadre du Ségur de la Santé ; elle peut ainsi être consultée en cas de déclenchement de l'état d'urgence sanitaire.

    La CRSA mène ses travaux au sein des commissions spécialisées qui devront être force de propositions sur les politiques conduites et peut constituer des groupes de travail permanents.
    Elle organise des débats publics sur les questions de santé de son choix et établit, chaque année, un rapport sur son activité.

    Son organisation

    La CRSA organise ses travaux au sein des formations suivantes :

  • Forum Santé au Travail 2021

    Ce vendredi 19 novembre, une centaine de militants CFTC se sont réunis dans les locaux d’harmonie Mutuelle pour un Forum Santé au Travail ayant trait à la loi du 2 août 2021 pour renforcer la prévention dans les entreprises.

    Ils ont pu bénéficier de la présence confédérale  avec Frédéric Fischbach (membre du Bureau Confédéral en charge de la Santé au Travail) et Sébastien Garoutte conseiller technique en santé au travail.

    Forum sante travail matin

    Les mesures de la réforme portent notamment sur l’évaluation des risques, la formation SST (Santé et Sécurité au Travail), la QVCT (Qualité de Vie et Conditions de Travail), les SPST(Services de Prévention et de Santé au Travail), la PDP(Prévention de la Désinsertion Professionnelle), le suivi médical, la Gouvernance de la santé au travail.

    « Attention aux éventuels renversements de situation, où certains employeurs rejettent la responsabilité de l’élaboration du DUERP (Document Unique d’Evaluation des Risques Professionnels) sur les élus. Même si le CSE apporte sa contribution à l’évaluation des risques, l’employeur reste responsable de la rédaction du DUERP », rappelle F.Fischbach.

    « La plupart des risques psycho-sociaux sont liés à des organisations du travail dégradés » S.Garoutte.

    L’employeur a une obligation de résultat en ce qui concerne la préservation de la santé du salarié, y compris dans les cas de harcèlements sexuels et quel que soit la source de cette situation (collègue, client...). ». F.Fischbach.

    Frédéric FISCHBACH rappelle que « La santé au travail doit être un vecteur de santé publique, et non un acteur de santé publique »

    « Attention à ce que la santé publique ne soit pas financée par les employeurs ».

    « En mars 2022, les mandats dans les conseils d’administrations des SPST seront renouvelés. Il est important et primordiale que les militants CFTC s’investissent dans ces mandats santé au travail. Il ne faut pas hésiter à postuler auprès des instances CFTC (UR). » 

    « Afin de prévenir la désinsertion professionnelle le salarié doit être pro-actif et maître de son destin, par exemple en consultant un CEP (conseiller en évolution professionnelle) » souligne T.Peschard.

    « La convention de rééducation professionnelle en entreprise sera désormais ouverte aux travailleurs déclarés inaptes ».

    « Le salarié qui sait que sa reprise risque d’être compliquée après un arrêt de plus de 3 mois, peut bénéficier de la visite de pré reprise réalisé par le SPPT, il ne faut pas hésiter à utiliser ce dispositif ».

     Important pour les adhérents CFTC, Sylvie Desmont, psychologue du travail, assure des permanences le mercredi après-midi à l’UD CFTC 35. C’est une belle initiative de la CFTC d’Ille-et-Vilaine en soutien de travailleurs.

    « Environ 12 milliard € par an en réparation, pour environ 100 millions d’euros investis en prévention chaque année par la branche AT-MP, l’État ne fait pas assez dans la préservation de la santé des travailleurs ».

     

    L’après-midi a eu lieu l’intervention de Jean-Yves Lebreton d’Harmonie Mutuelle sur le thème du « 100 % santé ».

     Suivis d’un atelier de Cyril Markt sur le thème « se prémunir des effets négatifs du numérique au quotidien pour une meilleur qualité de vie » .

     Les effets négatifs peuvent être le FOMO, le blurringphubbing, la fatigue visuelle lié à la lumière bleu, la sédentarité, TMS, taskswapping.

    Concilier vie professionnelle – vie privée (télétravail, et droit à la déconnexion)

    Forum sante travail apres midi

     

    Michel Rollo, président de l’Union Régionale CFTC de Bretagne, a clôturé cette riche journée syndicale. Il a rappelé l’importance d’être présent(e)s dans les instances paritaires afin de promouvoir le mouvement CFTC.

    Il reste primordial que les adhérents CFTC suivent des formations syndicales, car le CFESSE est une ressource de développement syndical et notre légitimité, notre reconnaissance passe par notre présence dans les entreprises.

    2022 – 2023 : Il y aura plusieurs dates importantes dont :

    - Le congrès de l’UR qui aura lieu à Bruz les 24 et 25 mai 2022.

    - Le congrès confédéral, événement historique pour la CFTC Bretonne aura lieu quant à lui au Convent des jacobins du 14 au 17 novembre 2023 dans le centre historique de Rennes.

    Forum sante travail cloture

  • Rencontre des Mandatés CFTC Bretons

     

    Ce 29 octobre, une trentaine de militants CFTC se sont réunis à Mur de Bretagne à la rencontre des mandatés.

     

    Les mandatés ont pu échanger sur leurs activités dans les organismes de Protection Sociale  (Carsat, CPAM…) ou dans les OPCO.  Ils ont pu remonter leurs difficultés de terrain, mais également  l’importance du dialogue social dans les organismes paritaires.

     

    “Le grand réseau des mandatés CFTC est au service des adhérents. Il ne faut pas hésiter à le contacter”, rapporte JC.

     

    Ce fut également l'occasion de participer à une présentation de Prévia sur l’accompagnement au retour au travail à la prévention globale de l'absentéisme.  

     

    L'après-midi fut abordé la réforme de la formation professionnelle continue.

    • Changement du CPF vers des formations professionnalisantes.
    • Le conseil en évolution professionnelle.

     

    Une journée riche en enseignements et en partage de pratiques syndicales.

  • LA MAISON DES SYNDICATS CONDAMNEE PAR LA MUNICIPALITE

    C'est la première fois que le Maire de Lorient participait à la réunion mensuelle depuis le 03/12/20, date à laquelle les organisations syndicales ont été expulsées de Cosmao-Dumanoir.

    Celui-ci a fait le point sur l'expertise communiquée depuis le 17/06/21.

    La CFTC lui a rappelé que l'expertise ne prend pas position, elle se borne à constater les dégradations de certains poteaux qui soutiennent la structure (25 côté cimetière et 23 côté boulevard) D'après nos observations 12 sur 25 sont dégradés côté cimetière et 7 sur 25 côté route. A part ça  il n'a pas été constaté de flèche significative au niveau des planchers et des poutres.

    Pour conclure à une fermeture définitive et à une destruction du site M. le Maire s'appuie sur une phrase contenue dans les conclusions de l'expertise et les coûts de mise niveau du bâtiment.

    La phrase :  « les poteaux considérés comme fortement dégradés sont ceux qui laissent apparaître des armatures corrodées et qui présentent une importante dégradation de béton ce qui génère une résistance fortement diminuée et entraîne un risque de ruine brutale . »

    Le coût estimé avec mise au norme de locaux : de 3,5 à 5 M€ !

    Et l'avenir ? C'est le flou artistique le plus total, on casse d'abord on verra après. D'un air de dire vous êtes relogés provisoirement à l'Orientis de quoi vous plaignez-vous. Sauf que ces locaux exigus ne sont pas du tout adaptés à une activité syndicale, non seulement trop étroits pour certaines organisations et difficile d'accès pour les salariés en quête d'assistance et de renseignements sur le droit du travail. La CFTC qui avait demandé une carte de stationnement gratuite par organisation dans le parking sous terrain,(432€/an)car nous considérons que les cotisations des adhérents doivent servir à autre chose que de payer des parking., cette demande a été refusée ! Merci M. le Maire.

    Le représentant CFTC a fait remarquer à M. LOHER que dans ses grands projets de réaménagement urbain pour Lorient (référence : Lorient Mag N° 359) figure la Maison de la mer, les halles de Merville, le Moustoir, Tréfaven, Musée de la compagnie de Indes, Lorient la base etc... ; Un vrai programme de mandature ou La Maison des Syndicats n'a pas sa place. De l'argent pour le Moustoir

    mais pas pour une maison des syndicats digne de ce nom. Nantes, St Nazaire, Brest, Loudéac, St Brieuc etc.. ont des maisons des syndicats dignes de ce nom , Lorient serait-elle l'exception ?

    Les 5 M€ de travaux supposés ne serait qu'un prétexte pour la municipalité de vouloir faire du boulevard Cosmao-Dumanoir une porte d'entrée de la ville et la destruction de la maison des syndicats serait le deuxième maillon de la chaîne après le collège de la Retraite. CQFD

     

     Danielevain                                                                                                                                                                                                                  Daniel EVAIN   Secrétaire général de l'UL CFTC de Lorient

  • Formation professionnelle : la CFTC signe l’ACNI

    28 octobre 2021 | Communiqués de presseEspace presse

    Les instances de la CFTC ont décidé ce jour à l’unanimité de signer l’accord cadre national interprofessionnel relatif à la formation professionnelle.

    Pour la CFTC cet accord permet de repositionner clairement les partenaires sociaux au centre de l’échiquier politique de la formation professionnelle. Il reprend les dispositions issues des concertations qui ont permis d’arrêter 49 propositions présentées, le 22 juillet, à la ministre du Travail.

    Cet ANI acte que le recours au CPF, attaché à chaque personne, doit s’orienter vers des formations professionnalisantes et ceci afin de replacer le CPF comme dispositif essentiel de formation. Pour remplir cet objectif, l’ACNI prévoit que chaque personne puisse se faire accompagner par un conseiller en évolution professionnelle(CEP).

    La CFTC se félicite que l’accord retienne la mesure qu’elle a présentée et défendue sur la nécessité de développer une co-construction et un co-investissement afin d’élaborer pour chaque salarié son parcours professionnel. Ce parcours peut être abordé lors des entretiens professionnels.

    En effet, les entreprises doivent appréhender l’entretien professionnel comme un échange permettant de réfléchir sur un parcours de formation interne pour évoluer dans l’entreprise, ou bien externe pour se réaliser vers d’autres aspirations professionnelles.

    Au vu du travail déjà réalisé entre partenaires sociaux, c’est avec optimisme que la CFTC s’engagera dans les 7 groupes de travail qui vont s’ouvrir, et qui pourront être déclinés dans le cadre d’un accord interprofessionnel.

    Lors de ces travaux, la CFTC sera force de propositions et d’avancées comme toujours en matière de formation professionnelle.

     

    Télécharger le communiqué au format .pdf

     

    source: https://www.cftc.fr/actualites/formation-professionnelle-la-cftc-signe-lacni

     

  • À quand une politique salariale digne de ce nom ?

    22 octobre 2021 | Communiqués de presseEspace presse

    Devant l’augmentation du prix de l’énergie et son impact sur le pouvoir d’achat des Français, le Premier ministre a annoncé la mise en place d’une « indemnité inflation » de 100 euros pour 38 millions d’entre eux.

    Soucieuse de répondre au plus près des situations et des besoins, la CFTC avait défendu un chèque carburant sous condition de ressources et d’accès aux transports publics.

    Cette option permettait de cibler les personnes les plus dépendantes de leur voiture (qui sont aussi souvent les plus fragiles) et d’augmenter le montant de l’aide par bénéficiaire.

    Une approche écartée par le gouvernement au motif de contraintes techniques. La CFTC prend acte mais s’interroge sur le caractère récurrent de ce type de contraintes. 

    À l’heure des algorithmes dont la puissance de calcul dépasse l’entendement, de la blockchain et autres nouvelles technologies, l’argument ne saurait tenir indéfiniment.  La traçabilité des flux doit aussi être au service des bonnes causes !

    Le gouvernement a donc privilégié une « indemnité inflation » bénéficiant à davantage de personnes. Cette approche a le mérite de prendre en compte l’inflation dans son ensemble (et pas seulement l’essence) tant il est vrai que la hausse du prix de l’énergie impacte en bout de chaîne tous les biens et services.

    Si ce type de solutions de court terme répond à des difficultés conjoncturelles et donc provisoires, la CFTC s’interroge toutefois sur la nature réelle de cette inflation. Est-elle liée à la forte reprise économique et aux difficultés logistiques qui l’entourent ? Dans ce cas, le dispositif mis en place pourrait répondre à l’urgence.

    Si, en revanche, comme le prédisent nombres d’économistes, nous devions observer des prix durablement plus chers de l’énergie, c’est toute l’activité économique et le pouvoir d’achat des Français qui en pâtiraient.

    Dans ce cas les solutions devront devenir pérennes. La première d’entre elles consistant à redynamiser la politique salariale (hausse du SMIC, négociations salariales dans les branches et les entreprises).

    Télécharger le communiqué au format .pdf

     

    source: https://www.cftc.fr/actualites/indemnite-inflation-politique-sociale-digne

  • Rencontre régionale CFTC à Guerlédan

    Dans le contexte socio-économique actuel, le syndicat CFTC de Bretagne a tenu une session régionale de quatre jours sur le site du village vacances Miléade de Mûr-de-Bretagne en Guerlédan.

    Les représentants syndicaux ont échangé sur différents thèmes, comme la santé au travail en période de crise sanitaire ou la défense des salariés.

    Les remontées du terrain ont permis de confronter les expériences.

    Un constat a émergé : le contexte social en perpétuelle transformation rend plus difficile la défense et l’accompagnement des salariés.

     

    source: https://www.letelegramme.fr/cotes-d-armor/guerledan/rencontre-regionale-du-cftc-a-guerledan-20-10-2021-12851118.php

  • Minimas salariaux : victoire pour la CFTC !

    8 octobre 2021 | Communiqués de presseEspace presse

    C’est une grande victoire que la CFTC a obtenu ce jeudi 7 octobre pour le pouvoir d’achat des salariés de la branche du secteur de gros à prédominance alimentaire et, au-delà, pour tous les salariés !

    La CFTC a toujours revendiqué le maintien d’un juste équilibre entre l’entreprise et la branche afin que cette dernière conserve son rôle de régulateur économique pour les entreprises et de protecteur des garanties sociales pour les salariés, concernant notamment les rémunérations minimales.

    Soucieuse de la maintenir dans ce rôle pivot, nous avons toujours rappelé l’importance de laisser à la branche la possibilité de déterminer la structuration de la rémunération minimale. Cette dernière incluant les salaires mais aussi des compléments de salaires, tels que les primes, qui font la politique salariale de chaque branche.

    En effet, le code du travail prévoit que la branche fixe librement « les salaires minimas hiérarchiques (SMH) ». Aucune définition, ni de contenu de ces SMH ne figure dans la loi, ce qui est logique puisque chaque branche a ses propres usages et pratiques en la matière.

    C’est donc tout naturellement que la Confédération ainsi que sa fédération CSFV ont contesté, devant le Conseil d’État en 2019, plusieurs arrêtés d’extension d’accords salariaux de branche pris par la ministre du Travail qui excluaient des clauses prévoyant d’intégrer des primes et des accessoires du salaire de base dans les minimas salariaux de la branche au prétexte que ces derniers ne constituaient pas du salaire de base pouvant être assimilé aux SMH.

    La CFTC a rappelé dans sa requête auprès de la haute juridiction, qu’en l’absence d’une définition des SMH par le code du travail, il ne revenait pas à la ministre du Travail d’apporter une définition, limitant le SMH au salaire de base. Le législateur ayant choisi de laisser cette prérogative aux partenaires sociaux des branches.

    C’est ce qu’a rappelé le Conseil d’État en affirmant clairement que : « il est loisible à la convention de branche, d’une part, de définir les salaires minima hiérarchiques et, le cas échéant à ce titre de prévoir qu’ils valent soit pour les seuls salaires de base des salariés, soit pour leurs rémunérations effectives résultant de leurs salaires de base et de certains compléments de salaire, d’autre part, d’en fixer le montant par niveau hiérarchique. »

    Télécharger le communiqué de presse au format .pdf

     

    source: https://www.cftc.fr/espace-presse/minimas-salariaux-victoire-pour-la-cftc

  • 1200 congressistes CFTC à Rennes en 2023

    Jamais jusqu'ici, après plus de cent ans d'existence la famille CFTC ne s'était rassemblée en Bretagne. C'est désormais acquis, depuis ce 23 septembre, le Conseil Confédéral a acté la venue de son Congrès en 2023, dans l'historique Couvent des Jacobins, en plein coeur de la ville de Rennes.

    Quel meilleur endroit pour un rassemblement d'une semaine dans une ville à densité humaine, qui s'ouvrira à la CFTC dans toutes les rues de la vieille ville.

    Rendez-vous incontournable avec l'histoire pour les militants et adhérents CFTC bretons, qui pourront profiter en nombre à un événement rassembleur pour donner une cure de jouvence aux valeurs humanistes de solidarité et de partage du syndicalisme.

    Continuité de l'histoire, passage de témoins entre trois générations, donner un nouvel élan et un éclairage au monde du travail de notre jeunesse, tels seront les éclairages prioritaires à mettre au devant de la scène.

    La joie d'avoir été retenue passée, maintenant le plus dur commence et on aura besoin de toutes nos forces militantes bretonnes pour ces deux années de préparation.

     

    Michel Rollo

    Président UR CFTC Bretagne

    Michel rollo

  • L’avant-projet de loi sur l’adaptation de nos outils de gestion de la crise sanitaire crée un nouveau motif de licenciement.

    La vaccination contre le covid-19 deviendrait obligatoire pour l'ensemble des professionnels qui sont en contact avec des personnes fragiles. Sont ainsi concernés :

    - Les personnes exerçant leurs activités dans les établissements et services de santé et médico-sociaux ;

    - Les personnels de santé exerçant hors de ces établissements et services ;

    - Les professionnels employés à domicile pour des attributaires de l’allocation personnalisée d’autonomie ou de la prestation de compensation du handicap ;-

    Les personnels des services d’incendie et de secours ;

    - Les membres des associations agréées de sécurité civile ;

    - Les personnes exerçant des activités de transport sanitaire.

    La bataille que nous menons collectivement et solidairement dans cette crise sanitaire peut justifier, pour plus d’efficacité, des ajustements du cadre législatif. La CFTC a toujours soutenu les mesures permettant de freiner l’épidémie dès lors qu’elles apparaissaient nécessaires et proportionnelles au but recherché. La vaccination relève d’un choix personnel qui doit demeurer la responsabilité de chacun. Il ne nous appartient pas en tant qu’organisation syndicale de nous prononcer sur ce choix. Au gouvernement de prendre ses responsabilités s’il en juge autrement !

    Pour autant, dès lors que le gouvernement, entend instaurer une obligation vaccinale notamment pour le personnel soignant et le personnel en contact avec des publics vulnérables, il nous appartient de réagir quant aux conséquences qu’emporterait un tel choix pour les salariés concernés.

    Cet avant-projet de loi organise l’obligation vaccinale pour les soignants et autres personnels. Il stipule encore que ceux qui refuseront la vaccination s’exposeront à une mesure de licenciement. Ce texte crée donc un nouveau motif de licenciement du fait du choix de la non vaccination. La CFTC ne peut être que défavorable à la création d’un motif de licenciement lié au choix de la non vaccination.

    La vaccination du plus grand nombre est certes essentielle pour sortir de cette pandémie, pour autant il nous apparait disproportionné et contreproductif de contraindre les soignants plutôt que de les convaincre. De plus au regard de la pénurie d’emploi dans ces secteurs, ces mesures risquent de désorganiser les services dont nous avons pourtant cruellement besoin et affecteraient de manière certaine la qualité de la prise en charge de nos concitoyens.

    Enfin, si l’obligation de vaccination du personnel soignant venait à être adoptée, la CFTC demande que soit reconnue comme maladie professionnelle, toute maladie dont la corrélation avec la vaccination serait avérée.

    source: https://www.cftc.fr/actualites/lavant-projet-de-loi-sur-ladaptation-de-nos-outils-de-gestion-de-la-crise-sanitaire-cree-un-nouveau-motif-de-licenciement

  • Déclaration CFTC à propos de l’étude : L'alimentation en Bretagne à l'horizon 2050 :

    La CFTC salue le travail de la section prospective lors de cette étude. Elle remercie les rapporteurs, ses deux présidents ainsi que son chef de pôle.


    Partant du « consom-acteur », cette étude montre toute la fragilité de l'alimentation soumise à la volatilité des désirs du consommateur d'où la difficulté de projections à long terme.


    L'étude montre combien le « consomm-acteur », est complexe voire schizophrénique, car il peut incarner à lui seul les quatre scénarios en même temps. La CFTC souligne la complexité du sujet : besoin essentiel à tout être vivant, sujet parfois clivant, dont l’étude a su envisager les différentes composantes en prenant en compte la dimension du développement durable. En effet, l’étude a su montrer que l'alimentation est liée au concept de bonne santé pas seulement celle des hommes et des femmes, mais aussi celle des sols, du bétail, et au-delà de la faune et flore dans son ensemble.


    La CFTC enjoint les instances régionales à travailler avec tous les acteurs pour que toute la filière alimentaire soit rétribuée à sa juste valeur, d'autant qu’elle compte les rémunérations les plus basses.


    Par ailleurs, l’alimentation peut devenir une véritable source de clivage et d’abandon des populations les plus en difficultés.
    Pour la CFTC, le conseil régional a déjà pris en compte la complexité du sujet dans sa feuille de route « Bien manger », il doit aller plus loin pour sécuriser la filière, lui donner les orientations d'avenir sachant qu'en dépit des facultés d'adaptation, l'agriculture a besoin d'un temps long, eu égard aux poids des investissements notamment, pour changer d'orientation.


    La CFTC invite le conseil régional à impliquer Bretonnes et Bretons dans une démarche d’échange et de co-construction avec tous les acteurs afin que chacun puisse prendre conscience de l'impact de ses choix et évoluer positivement.


    Je vous remercie de votre attention

    source: https://ceser.bretagne.bzh/upload/docs/application/pdf/2021-06/3._prospective_alimentation_-_synthese_-_session_du_7_juin_2021.pdf

     

    Annie Cottier

     

    Cottier annie

    Lire la suite

  • Déclaration CFTC à propos de l’étude : Fondations et expressions de la culture maritime

    Dans la lignée des précédentes études, la CFTC souligne la qualité de ce travail et remercie les membres de la section MER et Littoral du CESER, les rapporteurs ainsi que son chef de pôle.
    Les recherches approfondies auprès des acteurs du secteur confirme l’attachement de la Bretagne à la mer ainsi qu’à toutes les activités liées à celle-ci.
    De la promenade en bord de plage à la course au large, des stations balnéaires au thermalisme, de la recherche à l’exploitation halieutique sans compter la construction navale civile, sportive et militaire, tous les sujets ont été abordés, sans concession d’un point de vue historique et contemporain.


    Cependant, la CFTC regrette que les « écoles de mer » par des contraintes réglementaires liées à la sécurité sanitaire de la pandémie COVID 19, soient en très grandes difficultés financières.
    Certaines ont même dû fermer, leurs locaux vendus à des promoteurs immobiliers, privant ainsi le territoire de ces lieux d’appropriation de la culture maritime, lieux dont le rayonnement est pourtant national.

    La CFTC invite le prochain Conseil Régional à s’approprier les études de la section Mer et Littoral afin de construire un plan d’action dynamique en faveur des acteurs et animateurs de cette maritimité.

    La CFTC souhaite également qu’avec une communication adaptée, la région entraîne la population bretonne dans son ensemble jeune et moins jeunes vers une plus forte appropriation de ce bien séculaire.


    Merci de votre attention

     

    source: https://ceser.bretagne.bzh/upload/docs/application/pdf/2021-06/1._la_culture_maritime_en_bretagne_-_synthese_-_session_du_7_juin_2021.pdf

     

    Annie Cottier

    Cottier annie

  • Ouverture de la permanence "Soutien Psychologique"

    A compter du 26 Mai 2021, l’Union Départementale CFTC 35 ouvre une nouvelle permanence « soutien psychologique », celle-ci est ouverte à tous les adhérents CFTC, et permettra d’accompagner les personnes qui font face à des situations de mal-être au travail ou personnelles, la proximité et le relationnel faciliteront le dialogue et la mise en confiance.

     

    Ce « soutien psychologique » est assuré par Sylvie Desmonts, psychologue certifiée.

     

    Vous pouvez prendre rendez-vous auprès du secrétariat de l’U.D. 35 au 02 99 65 18 29.

     

    N’hésitez pas !

  • Un camion Une mission :la CFTC

    De report en report, et après plusieurs mois où nous avons dû renoncer aux formations syndicales en présentiel, l’UR CFTC espère que le mois de juin va permettre à ses adhérents de se retrouver pour relancer son programme de stages 2021. Tout est prêt, pour retrouver ces moments indispensables de pouvoir se rencontrer entre militants, sans quoi la vie syndicale perd sa principale raison d’être :la solidarité collective

Bienvenue sur le site internet de L'Union Régionale CFTC de Bretagne

Vous y découvrirez la présentation et l'actualité de la CFTC en Bretagne. Vous pourrez obtenir plus d'informations sur nous et nous contacter

Les syndicats CFTC de Bretagne défendent tous les salariés. Ils améliorent les conditions de vie par la négociation et le dialogue social.

Venez nous rencontrer au 158 rue de Nantes 35000 Rennes (arrêt de bus STAR: Foyer rennais ligne 5 et ligne 57) ou dans une de nos Unions Départementales : 22 29 35 et 56