Jeunes

Ouvrons nos portes à la jeunesse

jbbaillet_cftc Par Le 10/03/2021 0

 

Le 9 mars 2021  

« Ouvrons nos portes à la jeunesse »  

Déclaration commune des membres du bureau de la Conférence sociale de Bretagne, qui réunit  les organisations représentatives des salariés et des employeurs, le Conseil régional et l’Etat,  auxquels s’associent, les chambres consulaires, l’ABEA et le Mouvement associatif de Bretagne  (liste complète en bas de page).  

Les jeunes sont confrontés, dans le contexte de crise sanitaire, à des difficultés inédites. S’il est  impossible de généraliser tant les situations sont diverses, tous sont peu ou prou confrontés à  des interrogations sur leur avenir et à leur place dans la société. Le cumul de l’isolement  contraint, de difficultés financières, de modifications profondes dans leurs modes de vie et  d’apprentissage et, plus que tout, le sentiment d’une absence de perspective, entraînent des  souffrances psychologiques dont on perçoit la montée.  

Les réponses à apporter à ces situations sont multiples. Elles appellent à la mobilisation de  chacun, et ne sauraient se résumer à une mesure miracle.  

Pour autant, la question de l’accueil des jeunes dans des environnements de  travail, quels qu’ils soient, entreprises, associations, ou collectivités, apparaît  comme un enjeu majeur.  

Nous entendons répondre à plusieurs objectifs :  

Développer l’accès à l’emploi des jeunes.  

Ouvrir des terrains d’alternance pour celles et ceux qui sont engagés dans cette voie de  formation. L’augmentation importante en 2020, malgré le contexte, du nombre de  jeunes en apprentissage, aujourd’hui près de 25 000 en Bretagne.  

Ouvrir des terrains de stages pour ceux qui en ont besoin dans leur cursus de formation,  Créer des lieux d’échange avec le monde du travail, ne serait-ce que quelques jours  (Journée découverte de 3ème par exemple) pour ouvrir des perspectives et donner de  l’espoir.  

Favoriser l'engagement bénévole et le volontariat (comme le service civique), facteur  de rencontres intergénérationnelles, d'expérience altruiste et d’acquisition de  compétences.  

Les membres du bureau de la conférence sociale et signataires de cette  déclaration commune partagent cet enjeu essentiel et s’engagent ensemble à  offrir le maximum de propositions aux jeunes en Bretagne. 

Pour cela, ils entendent sensibiliser l’ensemble des employeurs et les représentants des salariés  au sein des entreprises et des instances de dialogue social à l’importance de cette « ouverture  des portes », recenser les offres existantes, en créer de nouvelles chaque fois que possible. Ils  entendent favoriser l’information sur ces offres en coordonnant les diverses plateformes  existantes. Ils sensibiliseront aussi leurs salarié.e.s à l’engagement individuel que chacun.e  peut prendre au sein de son entreprise ou de sa structure afin d’assurer le meilleur accueil et  le meilleur accompagnement. Le tutorat devra être renforcé et reconnu.  

A cet effet ils pourront s’appuyer notamment sur les mesures du plan national « un jeune une  solution ». 

Cette ouverture devra évidemment se concilier avec tous les impératifs de la situation sanitaire  et le respect des règles et protocoles en vigueur. Elle devra aussi tenir compte de la situation  spécifique de chaque lieu de travail et de chaque entreprise, dont certaines sont déjà très  fragilisées par la crise. 

Bureau de la Conférence sociale de Bretagne :  

Lydie NICOL, Secrétaire régionale CFDT ,  Thierry GOURLAY, Secrétaire régional CGT , Jean-Marie BERTHO, Président CFE-CGC , Michel ROLLO, Président  CFTC  

Hervé KERMARREC, Président MEDEF , Mickaël MORVAN, Président U2P  

Olivier CLANCHIN, Président ABEA, Jean-François GARREC, Président CCI Bretagne , André SERGENT, Président Chambre d’Agriculture, Brigitte LECORNET, Présidente CPME , Thierry COUE, Président FRSEA, Louis NOEL, Président  CMAR Bretagne, Catherine LATOUR, Présidente Mouvement associatif de  Bretagne

Loïg CHESNAIS-GIRARD  Président de la Région , Emmanuel BERTHIER  Préfet de région 

 

 

1 JEUNE, 1 SOLUTION

Déployer le plan 1 jeune 1 solution | Les aides aux alternants

  • Tout jeune, qui débute un cycle de formation en CFA entre le 01/08/20 et le 31/12/2020, dispose d’un délai de 6 mois pour signer un contrat d’apprentissage
  • le CFA a la possibilité de bénéficier du financement, par l’OPCO EP :
    • de la formation d’un jeune de son entrée en cycle de formation jusqu’à la signature d’un contrat d’apprentissage dans la limite de 6 mois (forfait de 500€ par mois de formation avec une prise en charge des frais annexes de restauration et d’hébergement éventuels)
    • de la prise en charge rétroactive du financement par l’opérateur de compétences (OPCO) de l’employeur, dès signature d’un contrat, à compter de la date d’entrée du jeune en cycle de formation déduction faite le cas échant des sommes déjà versées par l’OPCO EP
    • Pendant cette période, l’inscription au CFA confère au jeune le statut de stagiaire de la formation professionnelle et lui fait bénéficier de la protection sociale pendant cette période

Point d’attention : s’assurer que chaque jeune en attente de contrat est accompagné

Déployer le plan 1 jeune 1 solution | Un plan de soutien du Conseil régional à l’activité des centres de formation d’apprentis

  • Encourager les employeurs publics à recruter des apprentis en minorant le coût de la formation
    • 2500 € par contrat d’apprentissage au titre de l’année de formation 2020-2021
  • Favoriser l’équipement numérique des apprentis
    • 300 € par équipement numérique dans la limite de 50% de l’effectif apprenti inscrit dans le CFA 
  • Développer les compétences des formateurs à la pédagogie numérique
    • Subvention de 750 € pour trois jours de formation par formateur
  • Soutenir les CFA rencontrant des difficultés financières
    • Subventions dans la limite de 25% du déficit annuel du CFA sur son activité apprentissage

 

Déployer le plan 1 jeune 1 solution | Jeunes en situation de handicap

En complémentarité de ces mesures, l’Agefiph renforce ses actions et ses aides financières pour le  recrutement et le maintien des personnes en situation de handicap en alternance (apprentissage et professionnalisation) :

  • Revalorisation des aides aux entreprises lors d’une embauche en contrat d’apprentissage ou de professionnalisation (jusqu’à 4 000 euros pour le recrutement d'un apprenti et 5 000 € pour un contrat de professionnalisation, cumulable avec l’aide exceptionnelle);
  • Aide exceptionnelle aux entreprises de droit privé de moins de 250 salariés ayant embauché avant la crise sanitaire une personne en situation de handicap dont le contrat d’apprentissage ou de professionnalisation est en cours d’exécution au 31 août 2020  (de 1 500€ à 2 500€ pour un contrat d'apprentissage et de 1 500€ à 3 000€ pour un contrat de professionnalisation en fonction de l'âge de la personne handicapée)

 

Déployer le plan 1 jeune 1 solution | Le plan d’investissement dans les compétences

  • Le PIC portera en 2021 un effort supplémentaire d’entrées en formation dans le cadre du plan de relance :
    • orientation et de qualification vers les métiers d’avenir avec 100 000 parcours supplémentaires, jeunes jusqu’à 29 ans révolus, à la fois peu ou pas qualifiés ou déjà titulaires du Bac, notamment ceux qui souhaitent, après un échec dans l’enseignement supérieur, s’orienter vers une filière professionnelle

En Bretagne :

  • 21 000 entrées en formation fin septembre, dont 25% de jeunes ;
  • Abondement de 26 M€ au Pacte régional d’investissement dans les compétences pour financer 3 719 entrées supplémentaires, ciblées  prioritairement vers les secteurs et filières stratégiques et d’avenir (industrie, numérique, transition écologique, aide à la personne).
  • Prévus et à déployer sur les territoires « métiers du soin » : 16 000 entrées en formation en particulier aides-soignant.e.s et infirmier.ère.s, respectivement pour 10 000 et 6 000 entrées

 

Déployer le plan 1 jeune 1 solution | Accompagner les jeunes éloignés de l’emploi

  • En 2020, objectif de 20 000 CAE Jeunes (373 prescrits au 21/11 soit 63% de l’objectif en Bretagne) et 10 000 CIE Jeunes, objectif qui serait minoré compte tenu des difficultés de relance de la mesure (objectif de 353 en Bretagne initialement fixé, 4 prescrits! );
  • En 2021, objectif de 60 000 CAE Jeunes (en plus des 20 000 PEC Jeunes programmés initialement) et 50 000 CIE Jeunes
  • Augmentation des mesures d’accompagnement des jeunes en difficulté :
    • Doublement de la Garantie jeunes en 2021, soit 6200 bénéficiaires bretons (2058 en octobre 2020)
    • + 23% d’accompagnement global en 2021, soit 14 833 parcours (9 761 en octobre 2020)
      • Doublement du montant de l’allocation et élargissement aux jeunes accompagnés par Pôle emploi  et APEC 
    • + 44% d’accompagnement intensif avec 66 conseillers recrutés par Pôle Emploi pour suivre jusqu’à 100 jeunes chacun; 5 521 jeunes entrés en AIJ au 17/11 (2,3% du nombre d’entrées au niveau national, +40% par rapport à 2019)

Déployer le plan 1 jeune 1 solution | Développer l’insertion par l’activité économique pour les jeunes

En 2021, un objectif de 35 000 jeunes bénéficiant d’un contrat à durée déterminée d’insertion (CDDI) dans une structure d’insertion par l’activité économique (SIAE): atelier-chantiers d’insertion, entreprises d’insertion, entreprises de travail temporaire d’insertion, associations intermédiaires);

En Bretagne, en 2019, 11 000 demandeurs d’emploi de longue et de très longue durée ont été employés dans une SIAE, dont 18,5% de jeunes (6 000 en juillet 2020, dont 18,5% de jeunes) ;

Une stratégie régionale de développement (crédits en hausse de 8,8% en 2020) soutenue par un appel à projet du fonds de développement de l’inclusion :

  • 3M€ pour soutenir la création, le développement et la transformation des SIAE (95 projets en cours d’instruction) 
  • Mise en place d’un « booster de développement»: France Active Bretagne appuiera d’une part le développement d’activité et d’emplois de 20 structures existantes et d’autre part recherchera des modèles d’entreprises d’insertion à essaimer, dans des secteurs porteurs (numérique, agroalimentaire, transport-logistique), en lien avec les fédérations professionnelles.

jeunes emplois Bretagne

Vous devez être connecté pour poster un commentaire